Paris Fibrepublicité
En lecture

Primaire de la gauche : Demandez le programme loge...

Primaire de la gauche : Demandez le programme logement de Jean-Luc Bennahmias !

Vous vous demandez ce que prévoit le programme de Jean-Luc Bennahmias en matière d’immobilier et de logement. Suivez le guide !

Vous vous demandez ce que prévoit de Jean-Luc Bennahmias en matière d’ immobilier et de logement ? Suivez le guide. Extraits choisis d’une interview réalisée par Olivier Marin et Ludovic Clerima pour Explorimmo.

Quel bilan tirez-vous de la politique du logement du Gouvernement actuel et que pensez-vous de la loi ALUR ?

Jean-Luc Bennahmias (Front démocrate) : La loi ALUR avait pour but une meilleure information des accédants et une meilleure protection des locataires. Sa mise en application finale, n’a pas échappé à un alourdissement administratif. Ceci a été heureusement compensé par l’effet d’aubaine des taux d’emprunt historiquement bas.

Pour ce qui est de la loi Duflot, elle a probablement été conçue en pensant plus à la situation spécifique de Paris intra-muros, et des centres-villes des grandes métropoles, qu’à la réalité nationale des questions de logement. Elle a pu dans certains cas par la complexification des processus, conduire au découragement de petits investisseurs particuliers sur lesquels on pourrait mieux s’appuyer par des procédures plus simples et plus dynamiques.

Un équilibrage territorial, une simplification et un toilettage de cette loi ALUR est souhaitable.

Faut-il poursuivre l’encadrement des loyers mis en place à Paris, prévu à Lille en février 2017 et qui doit suivre dans d’autres agglomérations ?

Jean-Luc Bennahmias (Front démocrate) : Cette mesure, qui correspond à un problème réel dans Paris et sa petite couronne, peut introduire, ailleurs, une complexité guère productive et favoriser la location entre particuliers de type Airbnb.

Les cinq mesures phares de Jean-Luc Bennahmias

1/Organiser des états généraux avec l’ensemble des acteurs du logement et de l’immobilier
2/Alléger les volets administratifs trop complexes de la loi ALUR
3/Favoriser la rénovation du parc de logements anciens en centre-ville
4/Mettre en place un dispositif incitatif dans l’ancien pour les propriétaires bailleurs
5/Créer un statut du bailleur privé

Que préconisez-vous dans le domaine de la fiscalité immobilière ? Le logement est-il trop taxé ?

Jean-Luc Bennahmias (Front démocrate) :  La loi ALUR avait également pour but de solvabiliser les locataires face à une augmentation trop forte des loyers, due à la forte augmentation du coût d’acquisition de l’immobilier dans les années 2000 à 2007. Mais l’augmentation générale de la fiscalité a été reportée par les propriétaires sur les loyers, et l’effet final est ainsi modéré.

La loi Borloo, dans l’ancien, qui avait pour but une légère défiscalisation pour des propriétaires acceptant de fixer des loyers inférieurs à la moyenne des marchés, est une piste qui mériterait d’être reprise pour aider la rénovation de la législation sur l’immobilier. Un dispositif de ce type serait d’autant plus utile que les propriétaires bailleurs vont devoir accomplir des efforts financiers pour remettre les appartements anciens aux futures normes techniques.

Si vous êtes élu, poursuivrez-vous la politique d’incitation à l’investissement locatif qui existe depuis plus de 30 ans, le dispositif Pinel s’éteignant fin 2017 ?

Jean-Luc Bennahmias (Front démocrate) :  Le dispositif Pinel est satisfaisant dans le neuf, il est dommage que le dispositif dit « Pinel ancien » soit plus difficile à appliquer, donc de moindre effet. Pour être efficace, nous devrons faire évoluer l’ensemble de ces lois avec les professionnels, sans perdre de vue l’équilibre et l’équité recherchée dans le domaine du logement.

Faut-il revoir les aides à la pierre ?

Jean-Luc Bennahmias (Front démocrate) :  Encore une fois, et encore plus dans ce domaine, une simplification est souhaitable. Pourquoi pas des états généraux avec l’ensemble des acteurs du logement et de l’immobilier.

Etes-vous favorable à l’instauration d’un statut du bailleur privécomme le réclame certains syndicats professionnels ?

Jean-Luc Bennahmias (Front démocrate) : Tout ce qui participe à impliquer et simplifier l’activité les propriétaires bailleurs, donc de ceux qui ont eux-mêmes des solutions adaptées pour rendre la location possible à toutes les catégories de population est indispensable. Cette mesure faciliterait les adéquations entre l’offre et la demande, la location étant aussi un mode d’accession au logement nécessaire à la population et surtout à sa mobilité, notamment professionnelle.

Si vous êtes élu, quelles sont les premières mesures que vous prendrez dans le logement?

Jean-Luc Bennahmias (Front démocrate) : La mise en place d’état généraux du logement et de l’immobilier.

Comment construire plus, là où sont les besoins, et sans dépenser plus ? Construire 500 000 logements par an est-il un objectif atteignable ?

Jean-Luc Bennahmias (Front démocrate) : Pour équilibrer la répartition des logements dans les villes, il ne faudrait plus faire l’impasse sur la rénovation de l’ancien. Il est évident que la rénovation en centre-ville pose des problèmes juridiques et techniques très délicats. Elle est souvent délaissée parce que la vente d’un logement neuf rapporte 20 % de TVA à l’État, alors qu’une vente dans l’ancien rapporte en moyenne 7 %, majoritairement au profit des départements.

Dans l’immobilier encore plus qu’ailleurs, l’excès de législation complique les procédures, sans impulser de cercle vertueux. Mieux vaut un arsenal législatif léger et bien contrôlé qu’une armada législative sans contrôle efficace.

Faut-il régionaliser les politiques du logement ?

Jean-Luc Bennahmias (Front démocrate) : Il faut vraiment impliquer plus les acteurs régionaux, qu’ils soient privés ou publics et leur laisser plus de souplesse pour adapter les constructions ou la rénovation à leurs besoin spécifiques, Paris, les grandes métropoles et le reste de la France n’ont évidemment pas les mêmes problématiques.

La loi SRU remplit-elle sa mission ?

Jean-Luc Bennahmias (Front démocrate) : La loi SRU a l’avantage d’avoir donné un élan et une visibilité à la nécessité d’intervenir sur les possibilités de logement pour tous. L’objectif doit être poursuivi. Pourtant, les problèmes de disponibilité foncière, et les spécificités de chaque territoire méritent d’être pris en compte d’une façon plus dynamique.

 

© Explorimmo


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *