publicité

Comment vous débarrasser des rats?

La mairie de Paris vient de lancer une opération anti rat dans la capitale. Les rongeurs squattent les sous-sols de votre immeuble ? Ce qu’il faut savoir pour s’en débarrasser.

Face à la prolifération des rats dans les égouts et les parcs et jardins de la ville, la mairie de Paris a lancé un plan d’urgence. Son objectif : diminuer la population des rongeurs. Vous êtes confronté à ce problème dans les sous-sols de votre immeuble ?  Alors que faire ? Suivez le guide.

Recrudescence de rats dans les jardins parisiens

Habituellement, les rats vivent dans les égouts de la capitale et les sous-sols des immeubles. En novembre dernier, force a été de constater que ces petits rongeurs avaient refait surface.

Nombre de parisiens et de touristes ont été surpris de voir les rongeurs dans les parcs et jardins de la capitale, notamment dans les squares Cambronne, Garibaldi (15e), celui de la tour Saint-Jacques (4e), le jardin Villemin (10e) et même au Champ-de-Mars…

Les rats ont libre cours à Paris titre le New York Times

Le phénomène n’a d’ailleurs pas échappé aux médias étrangers qui se sont emparés de l’affaire. Le New York Times a consacré un de ces article à cette « épidémie ». Et le titre du papier est éloquent: « Les rats ont libre cours à Paris. La faute à l’Union européenne ». 

La mairie de Paris lance un plan à grande échelle

Alors, depuis, c’est le branle-bas de combat à la mairie de Paris. Consciente que le nombre croissant de rats dans la ville engendre des problèmes sanitaires, esthétiques et économiques, la municipalité a lancé début décembre un plan d’actions à grande échelle. Forcément dans la ville lumière, la présence de rats, ça fait désordre…

Dératisation

Comme les éradiquer complètement s’avère impossible, l’objectif de la ville de Paris est donc de réduire significativement leur présence. Depuis la fin du mois de novembre, plusieurs squares ont été fermés au public pour être traités. Les squares Cambronne et Garibaldi, dans le 15e, sont fermés et traités depuis le 22 novembre. Le jardin Villemin dans le 10e est fermé et traité depuis le 29 novembre. Le square de la Tour Saint-Jacques dans le 4e est également fermé et traité depuis le 29 novembre. Le jardin des Rosiers dans le 4e est fermé depuis le 30 novembre. Le square Langlois dans le 4e sera prochainement fermé et deux autres sites d’opérations –square de la Roquette, boulevard Richard-Lenoir– vont également être traités prochainement dans le 11e arrondissement. Des opérations sont également lancées sur le Champ-de-Mars où il va être procédé à des fermetures partielles et successives. Les zones les plus touchées vont être clôturées et placées sous une surveillance adaptée au site.

Des corbeilles inaccessibles aux rats ont été installées, les Parisiens incités à ne plus jeter leurs déchets sur la voie publique, les horaires de passage des agents de la ville adaptés afin d’éviter que les ordures restent trop longtemps dans l’espace public et enfin des boîtes sécurisées contenant des appâts anticoagulants ont été disposées.

Pétition

Un plan d’urgence qui n’est pas du goût de tout le monde : actuellement, une pétition circule sur le Web. Lancée mi décembre, elle a déjà recueilli plus de 23 000 signatures*. Apparemment de nombreux Parisiens sont attachés à leurs rongeurs…

Le rat, un problème d’image pour la ville

Certes, le rat n’est pas un animal anodin. Il peut être porteur de maladies et engendrer des dégâts mais pas de quoi s’alarmer pour autant car, contrairement aux idées reçues, il n’est pas dangereux pour l’homme et il ne véhicule pas la peste. La seule maladie qu’il peut transmettre est la leptospirose (une maladie bactérienne souvent bénigne chez l’homme), et encore c’est extrêmement rare. En plus, c’est un animal tranquille et craintif. Qui vit en terrier. En revanche, il ronge tout ce qu’il a sous la dent. Et s’il s’attaque aux câbles électriques, il peut provoquer courts-circuits, incendies ou fuites de gaz. Mais pour la ville de Paris, le problème est ailleurs : si les rats présentent un risque d’hygiène, il ne faudrait pas qu’ils fassent fuir les touristes…

Vous avez des rats dans votre immeuble ?

Optez pour des raticides…

Vous avez remarqué la présence de cet animal dans les sous-sols de votre immeuble ? Vous pouvez tenter votre chance avec un piège mécanique. Tout le monde connaît la tapette à souris ? Il en existe de plus grands pour les rats. C’est le même principe : ils fonctionnent avec un appât. Ne cherchez pas à vous procurer de la mort aux rats. Son utilisation est désormais interdite. Composée d’arsenic ou de thallium, elle a été jugée trop toxique pour l’homme. Evidemment, il existe d’autres produits : les rodenticides, un anticoagulant qui provoque une hémorragie mortelle lorsque l’animal se blesse. Attention, ce sont également des produits dangereux. Il faut porter des gants. Et veillez à ce qu’ils restent toujours hors de portée des enfants et de vos animaux domestiques.

… ou employez méthode douce

Le rat est un animal peureux, mieux vaut donc tenter de l’éloigner que de l’attraper. Avant d’utiliser des raticides, commencez, en premier lieu, par l’empêcher d’entrer, en bouchant les trous. Posez par exemple des grilles anti rongeurs. Assurez-vous que le local à poubelles est bien fermé. Pour le repousser, il existe de nombreuses méthodes : vous pouvez utiliser des répulsifs comme le poivre ou certaines plantes naturelles comme la sauge, l’eucalyptus, la menthe, le laurier dont l’odeur les incommode. L’huile essentielle de citronnelle est également très efficace. Sinon, il y a les ultras sons dont l’efficacité est moins certaine.

Pour signaler la présence de rongeurs, vous pouvez vous adresser au Service parisien de santé environnementale (SPSE) qui pourra, selon les cas, intervenir ou vous conseiller : 01 44 97 87 87

© otsphoto – Fotolia.com


  1. Davryle

    19 janvier

    La leptosirose n est pas une maladie bénigne mais souvent mortel….

  2. Vous écrivez « un anticoagulant qui provoque une hémorragie mortelle lorsque l’animal se blesse. Attention, ce sont également des produits dangereux.  »
    C’est totalement faux.
    1/ La concentration en anticoagulant (AVK) des appâts est inférieure à la concentration d’anticoagulant dans un cachet d’aspirine. Vous pouvez sans danger les manipuler à mains nues. Le seul problème est que vous laisserez votre odeur dessus (et si vous utilisez des gants, c’est l’odeur des gants qui persistera).
    2/ L’anticoagulant provoque de petites hémorragies internes, et ce sont elles qui provoquent une mort indolore, indépendamment d’éventuelles blessures (de toute façon, tous les rats ne se blessent pas…).

    Pierre Falgayrac
    Auteur des livres « Des rats et des hommes » (Éditions Hyform 2013) et
    « Le grand guide de lutte raisonnée contre les nuisibles urbains » (Éditions Lexitis 2014)

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *