publicité
En lecture

Parler à sa maison, c’est pour demain ? Oui,...

Parler à sa maison, c’est pour demain ? Oui, mais…

La maison se connecte de plus en plus. Prochaine étape de sa transformation : les commandes vocales. Mais avant de donner des ordres à votre chez-vous, il faut s’armer de prudence…

Le fantasme de parler à ses objets est au moins aussi vieux que le conte de Blanche-Neige. Mais alors que la marâtre s’adresse à un miroir magique, le XXIe siècle promet que chacun pourra bientôt converser et donner des ordres à toute sorte d’objets simplement équipés de circuits électroniques. Les fabricants promettent déjà une nouvelle révolution… mais les questions sur la fiabilité et la sécurité de ces objets restent en suspens.

La reconnaissance vocale fait des bonds en avant

Il y a quelques années, seuls certains services téléphoniques proposaient les premiers balbutiements de la reconnaissance vocale. Ainsi, qui n’a jamais hurlé contre le répondeur automatique de réservation de la SNCF ? Sont apparus ensuite les assistants vocaux sur les smartphones. Ici encore, qui n’a jamais posé de question absurde à son iPhone…?

Mark Zuckerberg se fait assister par Jarvis

Depuis quelques années, cette technologie de reconnaissance vocale se peaufine et investit désormais la maison. Témoin de son potentiel : l’intérêt que lui portent les géants américains. Le dernier exemple en date est signé Mark Zuckerberg, le jeune PDG de Facebook. Dans une série de trois vidéos publiées dans le courant du mois de décembre, il met en scène plusieurs situations de son quotidien. Il y est « assisté » par Jarvis, un programme d’intelligence artificielle capable d’exécuter des tâches ménagères simples. Codé et programmé par Marck Zuckerbeg, Jarvis est ainsi capable d’éteindre et d’allumer la lumière, de faire varier la température de la maison ou encore d’activer le grille-pain.

Ces courtes vidéos conçues comme des spots publicitaires ont eu un succès immédiat et viral, le directeur de Facebook maîtrisant parfaitement ce biais de communication. Mais au-delà de cette campagne, qui par ailleurs n’annonce rien de concret pour les utilisateurs du réseau social, les recherches sur la reconnaissance vocale intéressent également d’autres mastodontes.

Avec Google Home, vous direz OK Google

Google Home et ses différents colorisGoogle, par exemple, s’apprête à investir le marché et le grand public avec sa dernière invention, Google Home. L’objet ressemble à une petite enceinte, que la firme prévoit de sortir en divers coloris et matériaux. Truffée de deux micros, elle réagira à la même commande que celle qui fait déjà fonctionner l’assistant vocal sur les smartphones. En disant « OK Google », vous pourrez ainsi demander à votre enceinte de vous lire votre agenda, de prévoir la météo de la journée ou même de diffuser un morceau de musique. La firme promet également que tous les Google Home d’une même maison « s’écouteront » les uns les autres : vous pourrez ainsi faire jouer une musique dans le salon et une autre dans votre bureau, ou à l’inverse la faire jouer sur tous les appareils en simultané…

 

Bien que Google se lance progressivement dans la fabrication de ses propres objets, sa force de frappe repose « exclusivement » sur sa gigantesque base de données, ainsi que sur celles que les utilisateurs acceptent de mettre à sa disposition. C’est la raison pour laquelle la firme annonce qu’elle nouera de multiples partenariats avec tous les développeurs et fabricants qui souhaitent s’associer à son projet. Google Home, potentiellement, n’a comme limites que celles de notre imagination : d’ici quelques années, au plus tard, vous pourrez balbutier quelques mots au réveil et votre maison comprendra la température à laquelle vous voulez que votre bain coule, ainsi que la couleur du t-shirt ou du chemisier que vous voulez porter.

La sécurité de la reconnaissance vocale laisse encore à désirer

Comme pour le domaine de l’internet des objets, la sécurité de la reconnaissance vocale laisse cependant sérieusement à désirer. Elle est pour ainsi dire inexistante sur les téléphones : n’importe qui, dans votre entourage, peut s’amuser à demander n’importe quoi à votre téléphone, pour peu qu’il soit déverrouillé.

Cette situation prend une autre ampleur dès lors qu’il s’agit de la maison connectée : si les possibilités offertes par la technologie de reconnaissance vocale semblent illimitées, elles s’accompagnent du même nombre de problèmes potentiels… Plus inquiétant : d’après une étude menée par des chercheurs des universités de Georgetown et Berkeley et synthétisée par le site Motherboard, nos machines « reconnaissent » des voix et des ordres émis dans un langage que nous ne comprenons pas. Concrètement, un ordre compréhensible par notre téléphone, et bientôt donc par notre maison, peut ne nous paraître qu’un bruit désagréable.

Avant donc de courir précommander un Google Home ou son équivalent chez Amazon, il semble prudent d’attendre de vraies mises à jour au niveau de la sécurité. Même Mark Zuckerberg, tout inventif qu’il soit, l’a compris. Son Jarvis est un hommage à celui qu’utilise le personnage d’Iron Man dans les films du même nom : il est plein de bonne volonté, mais encore maladroit, pataud et plutôt têtu. En somme, il est loin d’être prêt.

©Edouard du Penhoat/BazikPress © veleri_kz – Fotolia.com


  1. […] La maison se connecte de plus en plus. Prochaine étape de sa transformation : les commandes vocales. Mais avant de donner des ordres à votre chez-vous, il faut s’armer de prudence…  […]

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *