publicité
En lecture

Vendez avant que les taux ne remontent recommanden...

Vendez avant que les taux ne remontent recommandent les notaires d’Immonot

Alors que l’activité de négociation immobilière a été au top en 2016 dans la majorité des études, les prévisions des notaires sont plus prudentes pour cette année.

Alors que l’activité de négociation immobilière a été au top en 2016 dans la majorité des études, les prévisions des notaires sont plus prudentes pour cette année selon la dernière tendance du marché immobilier livrée par Immonot.com. Cette étude publiée tous les deux mois est  issue d’une enquête nationale réalisée en décembre 2016 auprès d’études notariales réparties sur toute la France, décryptée par le Professeur Bernard Thion.

Pas d’emballement sur l’activité immobilière en 2017

Ces derniers mois ont été très prolifiques sur le marché du logement. Les études notariales qui ont investi dans la négociation immobilière s’en réjouissent. Depuis la crise de 2008, c’est la première fois qu’il y a un tel consensus parmi le panel étudié par Immonot, la moitié des négociateurs ayant constaté une nette amélioration de leur activité en cette fin d’année 2016.

Année électorale + hausse des taux + Macron candidat = incertitude !

Cependant, pour le début 2017, les prévisions sont un peu moins optimistes. Les négociateurs ne croient pas que cet engouement sur le marché immobilier puisse se maintenir longtemps. Comme l’exprime succinctement un notaire du département de la Marne : « Année électorale + hausse des taux + Macron candidat = incertitude ! ».

85% des notaires négociateurs misent sur une stabilité des prix

Cette amélioration de l’activité s’est aussi traduite par une meilleure orientation des prix, mais sans véritable percée. En décembre, ils n’étaient plus que 9 % à prévoir une baisse des prix (contre 20 % en octobre) et 85 % à miser sur leur stabilité (contre 70 % deux mois plus tôt).  Seules quelques grandes villes (comme Bordeaux, Paris, Lyon et Nantes) connaissent des augmentations très sensibles. Une négociatrice basée à Bordeaux, ville bénéficiant d’un environnement très favorable (l’augmentation annuelle y atteint les 5 %), observe : « un marché tendu avec peu d’offres de vente, plus d’acquéreurs que de vendeurs grâce à des taux bancaires particulièrement bas ». Au niveau des terrains, les appréciations sont à peu près les mêmes que précédemment, les partisans des hausses ne dépassant pas 5 %.

 Le conseil des notaires ? Vendre avant d’acheter, avant que les taux remontent !

À plus long terme, cette évolution favorable du marché apparaît beaucoup plus incertaine. Aussi les notaires conseillent d’en profiter rapidement, pour éviter des lendemains plus difficiles.
En effet, bien que le marché soit porteur et que les prix s’affichent actuellement dans une tendance haussière, 69 % d’entre eux (contre 57 % deux mois plus tôt) privilégient la vente d’un bien existant avant le rachat d’un logement. Ces proportions passent de 44 % à 53 % pour les terrains.
Ce regain de prudence s’explique essentiellement par la perspective d’une augmentation des taux dans un avenir plus ou moins proche. Celle-ci aurait pour conséquence une faiblesse des prix à la vente et une augmentation des coûts d’achat ce qui ne favoriserait, en aucune façon, les transactions immobilières.
© guy – Fotolia.com

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *