publicité
En lecture

Le Pritzker récompense un trio d’inconnus (du gran...

Le Pritzker récompense un trio d’inconnus (du grand public)

Le Pritzker Prize, le « Nobel » d’architecture récompense Rafael Aranda, Carme Pigem et Ramon Vilalta de RCR Arquitectes, célébrant ainsi l’art local et le respect des valeurs.

C’est une chose bien rare, le Pritzker a récompensé cette année un trio d’inconnus du grand public. Fini le star système auquel nous étions habitués, les jurés du prix « Nobel » l’architecture ont mis à l’honneur Rafael Aranda (55 ans), Carme Pigem (54 ans) et Ramon Vilalta (56 ans) trois Catalans du cabinet RCR Arquitectes travaillant au plus près de leur art et de la nature, bien loin des sirènes de Barcelone et de la mode. Et c’est bien cela que le jury du Pritzker a voulu célébrer, l’art local et le respect des valeurs. Le mercredi 1er mars dernier en dévoilant le nom des lauréats, le jury justifiait son choix : « De plus en plus de gens craignent qu’en raison de l’influence internationale (…) nous perdions nos valeurs locales, notre art local et nos coutumes locales (…). Rafael Aranda, Carme Pigem et Ramon Vilalta nous disent qu’il peut être possible d’avoir les deux. »

RCR Arquitectes, de l’ombre à la lumière

Inconnu du grand public, ce trio ne l’est pas des professionnels et des amateurs d’architecture. C’est à eux que nous devons le musée Soulages de Rodez qui joue avec les ombres et les lumières. Fier de son cabinet catalan RCR, le directeur du musée Soulages de Rodez Benoît Decron s’est félicité de leur nomination à la plus haute disctinction d’architecture dans les colonnes du Figaro et sur le site Internet du Musée. « Le choix a été fait en 2008 des architectes de l’agence catalane RCR. Ils ont travaillé dans un esprit très proche de Soulages, notamment en privilégiant les passages ombres et lumière, en reprenant avec l’acier Corten l’idée, la couleur et la matière du brou de noix cher au peintre. Leurs lavis travaillés collectivement, comme les Beatles, sont des chefs-d’œuvre d’intention ».

Aujourd’hui, « le musée est comme un monument, comme une sculpture géante à même d’accrocher l’attention et le regard des visiteurs », Benoît Decron.

Qui est RCR Arquitectes ?

Nés à Olot en Catalogne, le trio a monté le cabinet RCR Arquitectes sur ses terres natales en s’installant dans l’ancienne fonderie Barberi (http://labarcrarquitectes.cat/). Pour créer, ils aiment « sentir l’atmosphère », visiter les lieux pour établir un « alphabet » entre eux et le site afin d’étudier ce qu’ils sont capables d’édifier, de faire communiquer entre le lieu et les gens. Cette réflexion est au cœur de leurs créations. En construisant des ponts entre l’extérieur et l’intérieur, en permettant ce dialogue entre les éléments et la nature, leur objectif est de « transmettre des sensations de bien-être et de beauté », déclarent-ils face à la caméra du Pritzker Prize.

Rafael Aranda, Carme Pigem et Ramon Vilalta recevront le 20 mai prochain leur prix doté de 100 000 euros des mains de Tom Pritzker, président de la Fondation Hyatt au palais impérial d’Akasaka à Tokyo.

 


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *