Paris Fibrepublicité
En lecture

Brexit : Vousfinancer chouchoute les Anglais qui l...

Brexit : Vousfinancer chouchoute les Anglais qui lorgnent sur la France

Le marché immobilier français, et notamment la Côte d’Azur attire plus que jamais les Anglais qui viennent y investir ou acheter une résidence secondaire.

Alors qu’ont commencé le 29 mars les négociations pour aboutir à un « accord de retrait » du Royaume-Uni de l’Union Européenne, le marché immobilier français attire plus que jamais les Anglais qui viennent y investir ou acheter une résidence secondaire. L’agence de courtage en crédit Vousfinancer de La Garde dans le Var s’est ainsi spécialisée dans l’accompagnement des Anglais qui veulent acheter dans la région PACA, une clientèle qui pourrait encore se développer dans les mois à venir.

Une conseillère spéciale Brexit made in England…

Alors que le Royaume-Uni prépare sa sortie de l’Union européenne, de nombreux Anglais investissent toujours en France avec un besoin d’accompagnement spécifique. C’est pourquoi, l’agence Vousfinancer de La Garde, dans le Var, a mis en place une cellule dédiée à la clientèle d’outre-Manche. « Nous avons recruté spécifiquement une conseillère habitant en Angleterre depuis plus de 20 ans, basée la moitié du temps à Londres afin d’avoir une parfaite connaissance des besoins de la clientèle britannique pour leur amener l’accompagnement nécessaire. En outre nous participons aux nombreux salons dédiés à l’achat immobilier en France organisés en Angleterre et développons ainsi notre réseau des deux côtés de la Manche » explique Stéphanie Gellée, directrice de l’agence Vousfinancer de La Garde.

… pour expliquer les spécificités françaises

En effet, acheter un bien immobilier en France quand on est Anglais nécessite de bonnes connaissances du marché et des démarches à effectuer et demande un accompagnement particulier afin de mieux connaitre les spécificités françaises. « Les Anglais ont besoin d’être mis en confiance car ils ne connaissent pas toujours les spécificités françaises. Ils empruntent habituellement à des taux fixés sur deux ans, les frais de notaires n’existent pas réellement et le système de garantie n’est pas le même. C’est pourquoi, nous leur expliquons les démarches à effectuer et les accompagnons jusqu’à la concrétisation de leur achat immobilier » explique Aurore Davis, conseillère spécialisée dans la clientèle britannique à l’agence Vousfinancer de La Garde.

Les lieux de prédilection des Anglais ? La Bretagne, la Dordogne, le Limousin, la région PACA

L’appétit des Anglais pour l’immobilier Français ne faiblit pas… Les régions les plus convoitées sont la Bretagne, la Dordogne ou encore le Limousin pour l’achat de résidences secondaires en raison de la proximité géographique et de la facilité d’accès mais également des possibilités offertes d’acheter des biens anciens à rénover. « Les britanniques ont contribué à ranimer certaines régions rurales de la France abandonnées par les Français en rénovant les maisons abandonnées et participent ainsi pleinement au développement de leurs communautés locales » déclare Aurore Davis. Un autre profil, plus haut-de-gamme, cible plutôt la région PACA pour l’héliotropisme, notamment dans l’arrière-pays (brignoles, Saint-Maximin, Carces, Correns Cotignac…) ou pour faire des investissements locatifs comme c’est le cas à Paris également.

La France reste attractive pour les britanniques

A ce jour, il est difficile d’évaluer les conséquences du Brexit, car tout dépendra des modalités de retrait du Royaume-Uni sur lesquelles les négociations qui commencent tout juste pourraient prendre longtemps… L’une des conséquences pourrait venir de l’évolution du taux de change qui avait déjà été affecté par Brexit à la suite du référendum.

« Si la livre sterling a déjà perdu de sa valeur par rapport à l’Euro, les taux d’intérêts en France ont diminué davantage… Ainsi, si on compare les mensualités de remboursement d’un prêt pré-Brexit et post-Brexit les Britanniques sont aujourd’hui toujours gagnants.  En effet, ce qu’ils perdent au moment du transfert de leur apport personnel, est plus que compensé par le niveau de leurs mensualités de remboursement, grâce au niveau des taux. Investir en France reste donc toujours une valeur sûre pour les britanniques, d’autant que le taux des crédits est fixe contrairement au Royaume Uni où ils ne sont fixés que pour deux ans à la suite de quoi le prêt doit être renégocié comme une nouvelle acquisition, aux taux du moment… » conclut Aurore Davis.

Avec des prix inférieurs à ceux pratiqués outre-Manche et des taux attractifs (bien que supérieurs de 0,50 point en moyenne pour les emprunteurs non-résidents), l’immobilier en France reste un placement attractif pour les Britanniques.

© psdesign1 – Fotolia.com


  1. Estelle Bizeau

    5 avril

    Les anglais sont depuis des années les premiers acquéreurs étrangers non-résidents. D’après le site spécialisé http://www.vendre-aux-anglais.fr, ils ont représenté 1/3 des acheteurs étrangers depuis 2005, devant les italiens (environ 15%) et les belges (11%). Cette part a toutefois diminué depuis 10 ans, passant de 44% à 27% d’après le site des Notaires de France. C’est une bonne nouvelle de les retrouver d’autant que les structures, bancaires en particulier, qui leur sont dédiées sont toujours actives et particulièrement rodées.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *