publicité
En lecture

Enrico Macias, sur le point de perdre son seul bie...

Enrico Macias, sur le point de perdre son seul bien immobilier

Le chanteur algérien de 78 ans pourrait perdre sa villa à Saint-Tropez après avoir été débouté par la justice. Une guerre, dans laquelle il n’est pas donné vainqueur, qui l’oppose à une banque islandaise.

Une relaxe générale en faveur de la Landsbanki Luxembourg, filiale d’une banque islandaise, a été prononcée par le tribunal correctionnel de Paris à la fin du mois d’août. Coup de massue pour Enrico Macias, qui avait porté plainte contre l’établissement, pour escroquerie. Une décision à laquelle il a fait appel, couvant l’espoir de ne pas perdre sa maison dans le Var qui a été mise en jeu par cette affaire.

« Les aléas de la vie économique »

« Il ne résulte pas du dossier que les emprunteurs ont été victimes de manoeuvres frauduleuses », c’est ce qu’a déclaré le tribunal correctionnel de Paris lundi 28 août. Car tout commence, en 2006 avec la filiale d’un établissement bancaire islandais, la Landsbanki Luxembourg, qui propose des crédits plutôt intéressants. Un emprunt autorisé, en partie versé en liquide, et en échange de l’hypothèque de biens. Le problème c’est qu’un an plus tard, la banque est ruinée et décide de vendre les biens hypothéqués.

Le chanteur, et une centaine d’autres emprunteurs ont donc décidé de poursuivre la Landsbanki Luxembourg en justice, pour escroquerie. Une attaque qui s’est soldée par un échec pour tous les plaignants. Le président du tribunal a estimé que tous connaissaient les risques, et qu’il s’agit des « aléas de la vie économique ».

Il ne perd pas espoir

Tout n’est pas perdu pour Enrico Macias. Si le tribunal a autorisé l’établissement bancaire à vendre les biens hypothéqués, le parquet a fait appel de la décision finale. L’interprète des « Filles de mon pays » avait confié lors d’une précédente audition « Cela fait dix ans que je vis avec la peur au ventre de perdre mon seul bien […]. J’ai travaillé près de cinquante ans pour obtenir ce privilège d’avoir une belle propriété. Et d’un seul coup, je risque de la perdre car on m’a menti, trompé et escroqué ». Il faudra attendre un an avant un nouveau procès. En attendant, l’amende de 30 millions d’euros, à laquelle le chanteur a également été condamné, est également en suspens.

(c) BazikPress (c)Wikipédia


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *