publicité
En lecture

Finances personnelles et patrimoines des ministres...

Finances personnelles et patrimoines des ministres : « Peut mieux faire ! »

Meilleurtaux et Meilleurebanque ont procédé à l’étude de l’équipement des 30 ministres sur leurs crédits immobiliers, leurs comptes personnels et leur épargne. Il y a bons et les mauvais élèves !

Suite à la publication, fin décembre 2017, par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique des déclarations de patrimoine des membres du gouvernement Edouard  Philippe, Meilleurtaux.com et Meilleurebanque.com ont procédé à l’étude détaillée de l’équipement des 30 ministres sur leurs crédits immobiliers, leurs comptes personnels et leur épargne. Les surprises sont nombreuses et les bons élèves ne sont pas ceux auxquels on penserait spontanément !

Crédit immobilier : de belles économies en vue grâce aux renégociations de crédits

« De toute évidence, les ministres n’ont que très peu entendu parler de la renégociation des crédits qui a pourtant cartonné dans les 2 dernières années auprès de tous les Français, les taux immobiliers pulvérisant tous les planchers, observe, amusée, Maël Bernier, directrice de la communication de Meilleurtaux.com. A l’exception toutefois notable de Marlène Schiappa qui a renégocié son crédit et qui a eu raison, quand les taux étaient les plus bas, fin 2016.»

« Pour les autres détenteurs d’un crédit immobilier avec un capital restant dû important, notons les grosses économies que pourraient réaliser Edouard Philippe (près de 40 000 €),  Nicole Belloubet (près de 20 000 €),  Agnès Buzyn (un peu plus de 20 000 €), Christophe Castaner (17 000 € d’économies) et Benjamin Griveaux (plus de 30 000 €) s’ils renégociaient aujourd’hui à défaut de l’avoir déjà fait », complète-t-elle.

Dernier conseil au secrétaire d’Etat à l’économie numérique : regrouper l’ensemble de ses crédits en une seule et même ligne, ce qui lui permettrait de bénéficier d’un taux plus bas (2,04% sur 17 ans) et ainsi de diminuer le montant total qui lui est prélevé chaque mois pour rembourser ses crédits en passant de 3 493 € de remboursement mensuel à 2 579 €, soit un peu plus de 900 € d’économies.

Comptes bancaires : des progrès à faire pour optimiser les budgets

Les comptes bancaires « du quotidien » sont trop garnis (17 800 € en moyenne) et trop traditionnels. Si BNP Paribas apparaît comme « La banque préférée des ministres » avec 14 comptes sur les 63  possédés par les ministres, seuls deux comptes sont ouverts auprès d’établissements en ligne. « Les banques en ligne sont pourtant tout à fait adaptées aux vies mobiles des ministres… et souvent moins chères, , indique Maxime Chipoy, responsable de meilleurebanque.com. Les simulations réalisées sur meilleurebanque.com montrent que le gouvernement pourrait économiser 11 500 €, soit plus d’un treizième mois de ministre (10 000 € bruts/mois), chaque année ! »

Beaucoup de travail est également nécessaire sur la gestion bancaire du quotidien : 5 ministres ont ainsi été, au moment de leur déclaration, à découvert sur l’un de leurs comptes. Mme Vidal réussit même l’exploit de ne déclarer aucun compte courant, alors même qu’il est obligatoire d’en posséder un pour toucher tout salaire supérieur à 1 500 € !

Epargne bancaire et assurance vie : le choix de l’inefficacité

Si les ministres ont de nombreux comptes ou livrets d’épargne (71), ceux-ci sont dans la plupart des cas des livrets bancaires non réglementés qui aujourd’hui ne présentent que peu d’intérêt en termes de rendements. A l’inverse, 6 ministres ne possèdent aucune épargne de précaution – qui pourrait servir à éviter les découverts – alors même qu’ils peuvent posséder des assurances vie bien garnies !

L’assurance vie, elle, reste le « placement préféré des ministres » : 7,1 millions d’euros y reposent, sur 39 contrats différents. Christophe Castaner, à lui seul, en possède 5 ! « Mais les contrats ouverts sont souvent des contrats bancaires traditionnels, peu rentables, et très chargés en frais. Leur argent travaillerait bien plus – pour gagner plus – sur des contrats en ligne !», analyse Maxime Chipoy. Qui plus est, 9 ministres, parfois parmi les plus âgés, déclarent ne posséder aucune assurance-vie.

Epargne financière : peu de soutien aux entreprises françaises et européennes

C’est sans doute sur l’épargne financière que les notes sont les plus faibles. Seuls 36 contrats ou possessions de titres en direct sont déclarés par les ministres, pour seulement 1,3 millions d’euros. C’est deux fois moins que les sommes dormant sur les livrets bancaires !

Pire, seuls 10 PEA – pourtant l’outil idéal pour investir dans les entreprises françaises – sont déclarés (dont 3 par la même personne, ce qui est interdit!) sur 30 ministres…et aucun PEA-PME, qui lui est fait pour financer les PME ! « Des ministres comme Edouard Philippe, Bruno Le Maire ou Benjamin Griveaux, pourtant chantres de l’investissement dans les entreprises françaises, n’ont pas de PEA ou de PEA PME… », souligne Maxime Chipoy. C’est un signal contradictoire envoyé aux Français, alors même que leur potentiel d’épargne est bien supérieur à la moyenne de la population ! »

 

 


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *