Guerre en Ukraine, incertitudes, inflation… : Les taux de crédit immobilier devraient remonter

Credit-immobilier
© adobestock

Avec l’accélération de l’inflation et la montée des incertitudes économiques et internationales, Crédit-Logement table désormais sur une plus forte augmentation des taux de crédit immobilier et un plus fort recul de la production de crédit en 2022.

Dans un contexte économique et international incertain, les taux vont logiquement remonter

Avec la crise sanitaire et ses conséquences sur l’économie française, le déclenchement de la guerre en Ukraine a pesé sur la croissance économique. Après le rebond de l’économie constaté en 2021 et un
PIB à + 7.0 %, tous les scénarios actuellement disponibles tablent sur une moindre progression en 2022 : pour la Banque de France, un ralentissement du PIB modéré (avec + 3.4 % contre + 3.6 % attendus à la fin de l’année 2021), mais sans écarter un scénario dégradé, avec des évolutions des prix du pétrole, du gaz et du blé soutenues (un PIB à + 2.8 %) ; pour la Société Générale, un ralentissement plus prononcé (un PIB à + 2.7 %).

L’hypothèse d’un ralentissement du rythme de l’inflation en 2022 est abandonnée dans tous les scénarios. Après le rebond constaté en 2021 (+ 2.1 %), l’inflation devrait rester forte en 2022 : + 3.7 % pour la Banque de France (voire + 4.4 % dans son scénario dégradé) et + 3.8 % pour la Société Générale. L’atténuation du choc sur les prix ne devrait se traduire par un ralentissement de l’inflation qu’à partir de 2023.

Dans tous les cas, la BCE devrait normaliser progressivement sa politique monétaire, tout en laissant inchangés ses taux directeurs. Dans ces conditions, en 2022 le taux moyen de l’OAT à 10 ans s’établirait à 0.70 % pour la Banque de France, mais à 1.10 % pour la Société Générale.

Avec l’accélération de l’inflation et la montée de l’incertitude, la hausse des taux des crédits immobiliers va évidemment être nettement plus forte que celle attendue en début d’année (de 20 à 25 points de base pour s’établir autour de 1.30 % en 2022). Pour un accroissement du taux de l’OAT à 10 ans de l’ordre de 60 pdb à partir de 2022 (Banque de France et Société Générale), le taux moyen des crédits immobiliers s’établirait entre 1.50 % et 1.55 % en 2022 : soit sur un taux de l’ordre de 1.90 % en décembre 2022. Mais les évolutions des taux d’usure et leur déformation pourraient contribuer à une moindre hausse des taux des crédits immobiliers en 2022

La production de crédit va se replier en 2022

La production de crédits a nettement rebondi en 2021 : + 17.3 %, après – 10.4 % en 2020. Elle a bénéficié du dynamisme de l’offre bancaire, de conditions de crédits exceptionnelles et de la hausse des prix des logements. Ainsi la production (en valeur) n’a jamais été aussi élevée qu’en 2021 : mais après correction de la hausse des prix de l’immobilier, elle reste inférieure de 3.4 % à son niveau de l’année 2019.

En 2022, la production va se replier. Déjà, avant le déclenchement de la guerre en Ukraine, la diminution
devait être de 8.5 %, à 182.5 Mds d’€ : la mise en œuvre des recommandations du HCSF en année pleine, le renforcement de l’inflation, les tensions sur les taux des crédits, les inquiétudes sur le pouvoir
d’achat, tout allait contribuer à ce repli.
Avec le déclenchement de la guerre en Ukraine, tous les déséquilibres se sont renforcés. La production
devrait reculer beaucoup plus, pour s’établir à 170 Mds d’€ : soit une chute de 14.8 %, au total.

Michel Mouillart, Professeur d’Economie, FRICS :
Voir les commentaires
Je soutiens MySweet'Immo