L’immobilier grec toujours aussi bon marché

© Crédit photo : analogicus pour Pixabay

Malgré le retour de la croissance et un début de correction des prix, l’immobilier en Grèce reste toujours aussi bas pour le plus grand plaisir des acquéreurs étrangers.

Malgré le retour de la croissance et un début de correction des prix, l’immobilier en Grèce reste toujours aussi bas pour le plus grand plaisir des acquéreurs étrangers. La Grèce, terre d’opportunités… immobilières. Avec des prix qui ont chuté de 30 % à 50 % selon les régions, le pays offre la possibilité aux acquéreurs qui le souhaitent d’acheter de très beaux appartements dans le cœur d’Athènes pour moins de 50 000 euros. Des occasions à saisir rapidement. Depuis un an, les prix de l’immobilier remontent un peu partout, portés par le phénomène Airbnb.  Car même si la loi interdit depuis 2016 de louer plus de 2 logements sur ces plateformes et de dégager plus de 12 000 euros de revenus par ce biais, le manque de contrôle par l’administration fiscale permet aux loueurs d’agir comme bon leur semble.

Des T3 à moins de 100 000 €

Pour profiter de prix doux, il pourra être intéressant de se tourner vers la Crête, et son m² qui frise en général les 1 500 €. De quoi dénicher une très belle maison de pierre, entièrement rénovée avec vue sur la mer, de près de 90 m² pour moins de 100 000 euros. A 3 heures en avion de Paris, l’achat peut valoir le coup.  Les portefeuilles les mieux fournis pourront viser encore plus haut, dans le Péloponnèse par exemple, où des condominium à plusieurs millions d’euros se construisent. Avec un tel budget, les propriétaires auront non seulement droit à une superficie gigantesque (près de 1 200 m²), mais aussi une piscine privative, un logement entièrement domotisé, et le cadre idyllique d’un pays où le soleil resplendit toujours.

Le retour en grâce de l’économie grecque

L’immobilier semble être pour beaucoup dans la relance de l’économie grecque. Surtout depuis que le gouvernement, en 2015, a décidé d’octroyer aux étrangers qui investiraient au moins 250 000 euros sur ce secteur un visa Schengen, pour se déplacer dans toute l’Europe, d’une durée de 5 ans. Si les stigmates de la crise économique sont encore, ici et là, visibles, le pays renoue avec la croissance. Ses perspectives en la matière sont mêmes supérieures, pour l’année 2018 à celle de la France (2,4 % contre 2 % pour l’Hexagone). De quoi rassurer les acquéreurs sur le climat économique ambiant.

Reste que lorsque l’on achète en Grèce, il est bon d’être accompagné par un avocat inscrit au barreau d’Athènes et spécialisé dans l’immobilier, le concept de cadastre n’existant pas en Grèce.

© Ariane Artinian
Era France

MySweet’Newsletter

Chaque semaine