Location immobilière : c’est la ruée sur les logements

© adobestock

+ de demandes, + d’espaces verts + de maisons, afflux d’offres en location meublée : sur le marché de la location, la donne a changé depuis le confinement. A titre d’exemple, en juin, les recherches de location ont progressé de plus de 75% sur PAP.fr.

Les acquisitions immobilières n’ont pas été les seules bouleversées par la pandémie du coronavirus : la location est aussi très fortement impactée.

Le rush a démarré dès le déconfinement

Dès le début du déconfinement, la location a repris très rapidement sur PAP.fr : les recherches ont progressé de + 50% au mois de mai. « Nous avons immédiatement constaté un afflux d’offres et de demandes mais nous pensions qu’il s’agissait d’une conséquence d’un rattrapage des mois précédents pendant lesquels le marché locatif avait été complètement bloqué», explique Corinne Jolly, la Présidente de PAP.fr.

Mais au fil des semaines, loin de se tasser, la hausse des recherches s’est amplifiée : +75% en moyenne en juin 2020*.  « Là, il n’y a pas de doute, on est au-delà du rattrapage : c’est la saison estivale qui démarre en avance pour les locations », poursuit la Présidente.

Les étudiants ont démarré leurs recherches dès le mois de Juin 2020

Ils représentent aujourd’hui 29% des dossiers déposés sur PAP.fr contre 21% en mai 2019. Mais ils sont fortement concurrencés par les travailleurs, qui veulent également déménager cet été et qui représentent encore 71% des dossiers*.

Un afflux d’offres, notamment en location meublée

Deuxième grande tendance, les offres de logements proposées à la location sont plus nombreuses : + 39% d’annonces en juin 2020 *, par rapport à juin 2019. De nombreux logements ont été libérés plus tôt par les étudiants cette année, notamment lorsqu’il a été annoncé que les études supérieures se dérouleraient à distance jusqu’à la prochaine rentrée.

D’autre part, les locations meublées représentent, en ce moment, 56% de l’offre des locations, alors qu’elle ne représentait que 47% de l’offre avant le confinement. Deux phénomènes peuvent l’expliquer :

  • Les logements libérés en avance sont surtout des logements étudiants, et donc des logements meublés.
  • Les propriétaires de logements en location vacances ont décidé de passer leur logement en location meublée, au moins le temps de voir comment évolue la situation.

Les recherches évoluent aussi : + de demandes, + d’espaces verts + de maisons

Comme pour l’achat, la tendance est à la recherche de biens avec espaces verts. Les recherches de maison progressent de 96%, tandis que les recherches d’appartement de 68%. Malgré cela, le phénomène est moins marqué et moins significatif que pour les acquisitions. En effet, les recherches de maison ne représentent encore que 15% des recherches de location.

En Ile-de-France : Explosion des recherches de location surtout pour la Grande Couronne

Tous les départements d’Ile-de-France, comme pour l’achat, connaissent une forte hausse de recherches de biens à louer. La hausse de recherches de locations des départements de la Grande Couronne est également plus importante que celle de la petite Couronne et Paris a la progression la plus faible : + 63 %.*

La Seine-et-Marne connaît la plus forte hausse : + 140 %, suivie du Val d’Oise : + 113 %, des Yvelines : + 110 %, de l’Essonne : + 104 %. L’Oise, département limitrophe de l’Ile-de-France progresse également fortement avec + 97%*.

En ce qui concerne la location, il y a une vraie demande des franciliens de s’éloigner de la petite couronne pour bénéficier de logements avec plus de superficie, si possible d’espaces verts et de maisons. Les locataires cherchent, comme les propriétaires, plus de verdure et plus d’espace. Ces nouvelles recherches sont le résultat du confinement passé dans des appartements trop étroits sans extérieur. Les aspirations des franciliens évoluent même en location.

En Province : Ruée vers les demandes de location : + 117 % à Grenoble, + 101 % à Rennes !

En Province, ce phénomène d’éloignement des métropoles est moins visible, probablement car les prix Immobiliers permettent de mieux se loger tout en restant en ville. Mais toutes les grandes métropoles françaises voient leurs recherches de biens à louer exploser. Grenoble et Rennes sont à + de 100 %, Poitiers, Bordeaux, Nantes, à + de 70 %. Il va être dur de se loger cet été. Les familles avec enfants qui ont été mutées cet été, les jeunes travailleurs qui cherchent leur premier logement et les étudiants, vont devoir jouer des coudes pour trouver leur cocon. La situation est cependant très disparate selon les différentes villes. Ainsi, Toulouse enregistre la progression la plus faible, certainement en raison des difficultés liées au secteur aéronautique qui commencent à se faire sentir sur le marché Immobilier.

* Résultat d’une étude menée par PAP.fr sur les recherches de location réalisées sur son site du 1er au 30 juin 2020 comparé au 1er au 30 juin 2019

 

 

 

 

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !