Paris Fibre

Irma solidarité logement : initiative citoyenne destinée à accueillir des sinistrés chez soi

Agence immobilière présente en Guadeloupe, Click-Immo a lancé suite intempéries de ces derniers mois une plateforme pour que les locaux puissent héberger les sinistrés dans leur maisons.

Venir en aide à ses voisins sinistrés. C’était l’objectif du plan Irma Solidarité Logement, lancé par Click-Immo, agence immobilière installée en Guadeloupe. « Ce sont surtout les îles du nord de la Guadeloupe et Saint-Martin qui ont souffert des intempéries ; Saint-Martin, cette collectivité, qui appartenait avant à la Guadeloupe, a été détruite à 95% » explique Jean-Sébastien Faye, co-gérant de Click-Immo en Guadeloupe. S’ensuivent les ouragans José et Maria, qui eux aussi frapperont le territoire, pour venir rajouter aux dégâts. « Il y a eu des arbres coupés, moi chez moi j’ai pas eu d’électricité pendant dix jours, l’eau non plus » se souvient Jean-Sébastien Faye. « Mais bon, on ne va pas se plaindre, Saint-Martin c’était largement pire » ajoute-t-il.

Suite au passage de ces cyclones, Click-Immo a décidé de lancer un portail internet, www.irmalogement.com, afin de pouvoir référencer l’ensemble des guadeloupéens et martiniquais, qui acceptaient d’ouvrir leur maisons gratuitement à des sinistrés venant des îles du nord, lourdement frappés. « Au lendemain de la création du site, on a eu plus de 6000 visites, et plus de 1250 partages sur les réseaux sociaux » raconte Jean-Sébastien Faye. Il ajoute que « grâce à tout ça, on a eu 1500 personnes qui se sont proposées, pour un total d’environ 4400 places d’hébergement disponibles et gratuites ».

Le site internet Irmalogement.com a été mis en place après le passage de l’ouragan Irma.

Jean-Sébastien Faye reconnaît que les pouvoirs publics locaux ont été présents pour relayer l’initiative de Click-Immo. « D’habitude on sait qu’il y a des soucis d’administration, mais la préfecture en Guadeloupe nous a trouvé 400 places d’hébergement, ça nous a motivé ». D’après lui, l’urgence était totale, « les gens qui arrivaient à l’aéroport n’avaient pas dormi depuis trois ou quatre jours, ils étaient en grande détresse (…) heureusement que les gens ont ouvert leur maisons ».

Les sinistrés étaient dans une grande détresse

Quand les premiers avions humanitaires arrivent de Saint-Martin, les aides humanitaires sur place ont contacté Click-Immo pour répartir les sinistrés dans les hébergements disponibles. « Nous on a imprimé la liste des 1500 places données bénévolement, on a été à l’aéroport et on a réparti comme on pouvait » raconte le co-dirigeant de Click-Immo. Il ajoute que « c’était très compliqué quand les gens étaient plus de quatre parce que les bénévoles qui venaient les chercher avaient des voitures cinq places, donc il fallait faire des allers et retours, parfois de loin ».  Click-Immo s’est occupé de la mise en relation entre bénévoles et sinistrés. « Il y avait quatre avions de sinistrés par jour au début, après on est passés à huit avions, puis à quinze avions par jour, c’était chaud. »

C’était vraiment un énorme mouvement de solidarité

« Les guadeloupéens ont réussi à loger tout le monde, c’était vraiment un grand mouvement de solidarité parce qu’au début on était deux, puis après il y a eu des bénévoles de la Croix-Rouge qui nous ont aidé » raconte Jean-Sébastien Faye. Il affirme que les bénévoles qui souhaitaient donner un coup de main dans le transit des réfugiés se sont multipliés, comme les taxis qui ramenaient les sinistrés gratuitement. Aujourd’hui Click-Immo et les hébergeurs bénévoles aident les sinistrés dans leurs démarches pour se réinstaller en Guadeloupe, notamment pour retrouver un logement sur place.

© SweetRédaction