France Gall, de Honfleur à Saint-Tropez, ces maisons qui ont marqué sa vie

La chanteuse disparue le 7 janvier 2018, avait pour habitude de se reposer dans sa maison en Normandie acquise avec Michel Berger. Une propriété qu’elle conserva toute sa vie, comme sa villa du sud.

C’est un nouveau grand nom de la chanson française qui nous quitte en moins d’un mois. Après Johnny Hallyday, c’est au tour de France Gall de disparaître à tout jamais du paysage artistique. Célèbre pour son sacre en 1965 à l’Eurovision avec titre « Poupée de cire, poupée de son », écrit par Serge Gainsbourg, la chanteuse a par la suite connu le grand amour avec l’auteur-compositeur et interprète Michel Berger. Une romance fusionnelle qui débouchera, entre autres, sur l’acquisition de deux propriétés hautement symboliques.

La première et la plus heureuse pour l’artiste fut sa maison du Clos Saint-Nicolas à Vasouy, dans les environs de Honfleur. Une propriété acquise avec Michel Berger, dans le Pays d’Auge. La petite bâtisse a bénéficié d’un agrandissement orchestré par le frère de l’interprète et auteur du « Paradis Blanc ». C’est aussi là, raconte la légende, que fut composée le célèbre titre « Résiste ». Comme elle le confiera le 25 avril 1993, dans l’émission Fréquence Star, la bâtisse était pour elle « un endroit merveilleux pour se reposer » C’est d’ailleurs entre ces murs qu’elle se prêta à l’exercice de l’interview avec Laurent Boyer comme illustré dans la vidéo ci-dessous :

L’autre demeure fait elle référence à un épisode bien plus tragique de la vie de la chanteuse. La maison commune du couple Gall-Berger, dans le sud de la France, fut le théâtre spectaculaire d’un événement dramatique. Située à Ramatuelle, cette villa méditerranéenne avec vue sur la baie de Pampelonne, était l’adresse où chaque été la famille se donnait rendez-vous au grand complet jusqu’à ce triste soir du 2 août 1992. Au cours d’une partie de tennis, Michel Berger fut emporté par une crise cardiaque. Hier, sa belle est partie le rejoindre dans le paradis blanc…

© SweetRédaction
Era France

MySweet’Newsletter

Chaque semaine