Le Secours catholique va ouvrir sa propre agence immobilière

La question du logement est loin d’être résolue en France… Pour faire avancer les choses, le Secours catholique a décidé de créer son agence immobilière.

Sa présidente, Véronique Fayet, l’a annoncé fin décembre : le Secours catholique d’Ile-de-France ouvrira sa propre agence immobilière courant 2018. «Le dossier est prêt, on n’a plus qu’à appuyer sur le bouton». En réalité, avec cette structure, il ne s’agit pas pour l’association caritative de se lancer dans la transaction et de commercialiser des biens à la vente mais plutôt d’ouvrir une agence immobilière « sociale ». Son objectif : permettre aux sans-abri ou aux mal-logés d’avoir un toit.

Loger les plus démunis

Grâce à cette agence immobilière, le Secours catholique, fondé en 1946 par le père Jean Rhodain, ancien aumônier des prisonniers de guerre, pourra se porter caution et permettre à des personnes aux revenus modestes d’accéder à un logement en devenant locataire d’un appartement à loyer modéré. Les propriétaires qui accepteront de jouer le jeu auront ainsi l’assurance d’être payés grâce à cette caution. Et le sentiment de faire une bonne action…

Capter 150 à 200 logements privés

Certes, selon Véronique Fayet, cette initiative ne pourra pas tout résoudre mais la création de cette agence immobilière « sociale » devrait permettre de loger 100, 150, voire  200 familles en Ile-de-France. « C’est déjà une bonne goutte d’eau », dit-elle. Agir vite est néanmoins une nécessité car le nombre de places en hébergement d’urgence reste «insuffisant en hiver», bien qu’il ait augmenté. Une situation très compliquée, surtout pour les familles qui refusent d’être séparées. Rappelons que, selon la 22e édition du rapport annuel sur l’état du mal-logement de la Fondation Abbé Pierre, 4 millions de personnes étaient sans abri ou mal logées en France en 2017. Or, le parc immobilier de l’Hexagone comptait 2,7 millions de logements inoccupés.

Convaincre les propriétaires immobiliers

«Il faut aller chercher ces logements vides, ces logements privés et rassurer les propriétaires car certains, après une mauvaise expérience, ont peur de louer, explique la présidente du Secours catholique. C’est un partenariat gagnant-gagnant. On se porte caution, on prend en charge toute la gestion, on demande aux propriétaires privés de modérer le loyer mais en contrepartie ils sont complètement sécurisés.» Les bénévoles de l’association, de leur côté, accompagneront les nouveaux locataires pendant toute la durée de leur location et leur phase de réinsertion.

©Fotolia.com

 

© Olivia Delage