Offrez-vous un morceau de l’histoire du Ritz !

Le mythique palace de la place Vendôme met en vente 10 000 objets qui n’ont pas retrouvé leur place dans les chambres et les salons lors la dernière campagne de restauration.

Tabourets de bar, tapis, lustres-lanternes, coiffeuse de style XVI, paire de bergères, canapé 3 places de style Napoléon III, présentoirs à verres, tables de style Empire et Régence, rideaux … Alors qu’il a réaouvert ses portes en juin 2016 après 4 années de travaux, le mythique palace de la place Vendôme met en aux enchères 3 500 lots, soit 10 000 objets, provenant de ses différents anciens aménagements.

En effet, si un grand nombre d’objets ont accompagné les différentes rénovations de l’hôtel depuis 120 ans, certaines pièces, pourtant magnifiques, n’ont pas retrouvé leur place dans les chambres et les salons lors de la dernière restauration. A saisir notamment : la 1ère baignoire estimée entre 1 500 € et 2 500 €. Les lots sont mis en vente de 100 € à 5000 €.

Il était une fois le Ritz Paris

Il y a 120 ans, le 1er juin 1898, le Ritz ouvrait pour la 1ère fois ses portes au 15 place Vendome. Palace fois intimiste et étincelant, il a vite conquis artistes, têtes couronnées, écrivains…, qui y avaient leurs habitudes. Depuis il incarne l’élégance et le luxe feutré synonymes de l’art de vivre à la française.

L’univers du Ritz a notamment séduit Marcel Proust qui s’est inspiré du maître d’hôtel Olivier Dabescat pour un personnage d’À la recherche du temps perdu ; Hemingway qui était un pilier du bar en compagnie de son ami écrivain Scott Fitzgerald dans les années 20 ; Gabrielle Chanel qui y vivait, y tenait salon et s’y est éteinte ; Audrey Hepburn et Gary Cooper, les stars d’Ariane, le grand classique de Billy Wilder tourné au Ritz dans les années 50 … Aujourd’hui encore, le monde de la haute couture s’y presse. Et les plus grands photographes de mode travaillent dans les somptueux décors du Ritz.

L’excellence des arts décoratifs français

Rien n’était trop beau pour le Ritz car rien n’était trop beau pour ses clients. C’est donc César Ritz lui-même qui est à l’origine de ce style inimitable. Car il y a un véritable style Ritz. Reconnaissable entre tous, il entremêle avec harmonie tableaux, lustres et antiquités françaises du style Louis XIV à l’Empire en passant par la Régence et le règne de Louis XVI.

L’hôtelier, qui avait trouvé le ton juste pour séduire une clientèle d’outre-Atlantique, conjuguant confort, élégance et art de vivre à la française, transforma l’ancien hôtel particulier du duc de Gramont en une sublime maison familiale et la meubla comme l’aurait été une demeure privée. Autant d’objets accumulés au fil des années et qui feront, aujourd’hui, le bonheur des amateurs de belles pièces chargées d’histoire.

Une grande exposition précédera la vente aux enchères

La vente aux enchère se dé déroulera pendant 5 jours du 17 au 21 avril 2018. Elle sera précédée d’une exposition scénographiée le décorateur parisien Vincent Darré qui prendra possession de l’espace d’une semaine, les salons de l’Hôtel Marcel Dassault, siège d’Artcurial sur les Champs-Elysées à Paris pour présenter une sélection des 10 000 pièces du catalogue. Il créera un écrin éphémère de la grande tradition française des aménagements intérieurs.

Où ? Chez Artcurial, 7 Rond-Point des Champs-Elysées, 75008 Paris. Quand ? Du jeudi 12 au lundi 16 avril, de 11h à 19h, pour l’exposition. Du mardi 17 au samedi 21 avril, pour la vente aux enchères Il était une fois le Ritz Paris. 
© byBazikPress/Artcurial