Que peut-on attendre du salon MIPIM ?

Le MIPIM est l’un des plus importants salon des acteurs de l’immobilier de l’année. Il a lieu tous les ans à Cannes. Farook Mahmood, le président FIABCI International, explique ce qu’il attend de l’édition 2018, au micro d’Ariane Artinian.

Que peut-on attendre de l’édition 2018 du MIPIM à Cannes ? C’est ce qu’explique Farook Mahmood, Président de la FIABCI , sur place, au micro d’Ariane Artinian.

Ariane Artinian : Qu’attendez-vous de ce MIPIM 2018 ? 

Farook Mahmood : Je pense que le MIPIM est le plus grand salon sur le marché de l’immobilier, qui le montre dans toute sa réalité et son aspect tendance et ce, dans le monde entier. Les plus grands noms de ce marché sont réunis, comme la FIABCI, les investisseurs, les développeurs, les gouvernements, les visiteurs, les partenaires, des maires, des ministres, vous avez également beaucoup de pays qui sont là et qui souhaitent promouvoir l’immobilier de chez-eux, des villes, et des entreprises individuelles qui souhaitent promouvoir leurs ventes, leurs appartements, leurs projets commerciaux, leur business, la vente au détail, etc. Je pense que le MIPIM est un évènement global. Nous avons, pour cette édition 2018, environ 25 000 participants, qui viennent d’un peu partout dans le monde. »

Farook Mahmood : « Le MIPIM parle aux industries, il est le coeur vibrant du marché immobilier, et des motivations des industries. Je pense que cette année, le MIPIM est réellement unique. Pour moi, et en tant que président de FIABCI International, nous avons une représentation formidable du côté des Nations Unies, nous avons des maires de villes françaises représentés, avec eux nous avons abordé les sujets de la durabilité, les opportunités, nous avons aussi discuté d’art (il montrer le panneau de la FIABCI ndlr.), nous avons parlé de « Happy cities »... Mais nous avons également discuté d’urbanité. L’urbanité ne concerne pas uniquement l’urbanisme. Il s’agit plus de comprendre comment une ville fonctionne, comment elle se mute en ville globalisée. Nous avons parlé des villes intelligentes, comment est-ce qu’elles fonctionnent, comment est-ce qu’elles deviennent des villes intelligentes. Ici sont également encouragés les partenariats publics et privés. Je pense sincèrement qu’il s’agit d’une très bonne expérience ».

 

© byBazikPress/Ariane Artinian/ Christophe Lebedinsky
Era France

MySweet’Newsletter

Chaque semaine