Paris Fibre

Derrière les britanniques, les belges raffolent toujours plus de la pierre française !

BNP Paribas International Buyers publie la 10e édition de son Observatoire du marché des acquéreurs en France (étrangers non-résidents, étrangers résidents, Français non-résidents), marché qui représente 8 Mds € en 2017. Les Britanniques sont toujours en tête, talonnés par nos voisins belges.

On note pour l’année 2017 une augmentation du nombre de transactions des acquéreurs non-résidents de nationalité étrangère par rapport à 2016 ainsi qu’une stabilité du montant total des transactions. Les Britanniques non-résidents restent en pole position, les Belges maintiennent leur deuxième place avec une progression de +21% du nombre de transactions. Le marché des expatriés français lui est encore en progression, avec notamment un fort attrait de ces derniers pour Paris. Côté perspectives du marché immobilier en France, les experts tablent sur une hausse mesurée de la valeur des biens, hausse qui n’empêchera pas la France, avec ses nombreux atouts, d’être une destination prisée en termes d’investissements immobiliers des non-résidents dans les années à venir.

Les Belges non-résidents investissent toujours plus

En 2017, le nombre de transactions des acquéreurs non-résidents étrangers a augmenté de +2% tandis que le montant total de celles-ci est resté quasi stable (5,29Mds€ contre 5,27Mds€ en 2016). Le montant moyen des investissements a sensiblement baissé par rapport à 2016 (303K€ contre 308K€). Les Britanniques demeurent les plus nombreux à acheter des biens en France (25,9% vs 35,5% en 2016) malgré une baisse de près de -18% du nombre de transactions par rapport à 2016. Les Belges non-résidents montent sur la deuxième marche du podium avec 18,4% des transactions en 2017 avec un nombre de transactions qui progresse de +21%. Les Suisses sont troisième avec 8,1% suivent les Allemands avec 7%, les Italiens et les Néerlandais avec 5,5% puis les Américains avec 3%.

Les expatriés français aiment investir chez leur mère-patrie

En 2017, le nombre de transactions des expatriés français a augmenté de +16 % après une augmentation  déjà de +10% en 2016. C’est un marché qui représente 3,1Mds € avec pratiquement ¼ des acquisitions qui ont été réalisées en Ile-de-France dont le montant moyen atteint 512 K€. Les expatriés sont les premiers investisseurs non-résidents à Paris. Près de 15% des achats immobiliers en France réalisés par des expatriés sont effectués à Paris avec un montant moyen de 604 K€.

PACA, la région préférée des non résidents

La région Provence-Alpes-Côte d’Azur reste la première région de France en volume total des transactions des non-résidents avec 21%, suivie de la région Rhône-Alpes avec 14%, arrive ensuite le Languedoc-Roussillon avec 10% et l’Ile-de-France avec 8%.

Concernant le nombre de transactions, les régions ont connu des fortunes diverses. PACA enregistre une baisse de -11%, la Bretagne de -10% et Rhône-Alpes de -8%. En revanche, l’Ile-de- France progresse de +3% et Aquitaine de +6%. En PACA, ce sont les Italiens non-résidents qui investissent le plus devant les Belges et les Britanniques, qui sont en tête dans 9 régions, dont Rhône-Alpes et Bretagne et se trouvent dans le top 3 dans 16 régions. En montant, c’est bien sûr l’Ile-de-France (577 K€) qui truste la première place devant PACA et Rhône-Alpes. Ce sont les trois régions au-dessus de la moyenne nationale.

 En Ile de France, les non résidents préfèrent Paris

En 2017, il y a eu une augmentation de +3% transactions des non-résidents étrangers  en Ile-de-France dont plus de la moitié à Paris (54%), loin devant les Hauts-de-Seine (13%), les deux départements qui suscitent le plus d’intérêt. Le montant moyen des investissements immobiliers à Paris s’élève à 819K€ et ceux dans les Yvelines à 643K€,  bien plus que la moyenne en Ile-de-France. L’Essonne dispose du montant moyen le plus faible avec 171K€.

En 2017, les Américains sont les non-résidents étrangers qui ont le plus investi à Paris (montant moyen : 1 Mds €), dépassant les Italiens.

Les investissements des Britanniques ont progressé de 17% en 2017

Bien que le marché des acquéreurs non-résidents britanniques ait baissé de -18% en nombre de transactions, celui des résidents britanniques a dans le même temps progressé de +17%. Le montant moyen atteint respectivement 252 K€ et 208 K€. Les non-résidents de nationalité britannique investissent dans l’ordre en Rhône-Alpes (15,4%) en Aquitaine (13%) et dans le Limousin (10,7%). En moyenne, le montant des transactions réalisées par les non-résidents britanniques est le plus élevé en PACA (741 K€), puis en Ile-de-France (526 K€) et en Rhône-Alpes (439 K€).

Les Belges non-résidents en France investissent surtout en PACA

Avec une hausse de +21 % du nombre de transactions en 2017 et de +3 % du montant moyen des transactions, les Belges sont les « grands gagnants » de l’année écoulée. Deuxième nationalité depuis 2012 derrière les Britanniques, les belges non-résidents investissent surtout en PACA, en Languedoc-Roussillon et dans le Nord-Pas-de-Calais. En moyenne, le montant des transactions réalisées par les non-résidents belges est le plus élevé en Ile-de-France (664 K€) en PACA (439 K€), puis et en Rhône-Alpes (242 K€).

Les points à retenir

  • Les propriétaires de biens au Royaume-Uni pourraient s’intéresser davantage à la France du fait du Brexit en vue de rééquilibrer leur portefeuille ;
  • La France sera toujours plus attractive pour les investisseurs grâce à ses atouts intrinsèques (diversité des régions, cadre légal…) et ses atouts conjoncturels (taux bas) ;
  • Une hausse « raisonnable » des prix de l’immobilier en France reste le scénario le plus probable ;
  • Investir dans la pierre française restera un investissement rentable.

*Données Ile-de-France : « Notaires Paris-Ile-de-France – Base BIEN – pour la période de 2015 à 2017. *Données Province : Les données sont estimées par BNP Paribas International Buyers d’après les transactions immobilières enregistrées dans la base de données Perval, source « Notaires de France ». ** Découpage régional avant la réforme de 2015

 

 

 

 

 

 

© ByBazikPress /stock.adobe