La villa romaine de Carlo Ponti et Sophia Loren est en vente à 19 millions d’euros

Le réseau Lionard met en vente une demeure d’exception, à quelques minutes du Colisée. Elle a notamment appartenu au producteur Carlo Ponti, époux de Sophia Loren.

Le classique ne meurt jamais. Pas question ici de maison futuriste tout en verre ou en carbone composite. Lionard, groupe italien spécialisé dans l’immobilier haut-de-gamme, met en vente un manoir classique d’exception, dans les jardins de l’Appia Antica. Pratiquement 1 300 mètres carré de terrain, au coeur de Rome ; le tout dans un parc d’un hectare et demi. Et derrière la demeure, 2 300 ans d’histoire.

Une ville bâtisse sur une ancienne carrière de basalte qui qui a accueilli la crème du cinéma italien

La maison a en effet été construite au XIXe siècle, à l’endroit d’une ancienne carrière de basalte. De cette carrière, les Romains ont extrait le matériau avec lequel ils ont construit la « Reine des routes », en 312 avant Jésus-Christ. L’Appia Antica partait de Rome et courait sur 500 kilomètres, pour terminer sa course dans les Pouilles. Plusieurs fois rénovée, la propriété se compose désormais de deux bâtiments distincts d’environ 600 mètres carré chacun. Le mandataire précise d’ailleurs que chacune des entité peut être acquise séparément. Outre les deux bâtiments, comptez aussi une piscine chauffée, un grand garage ainsi que plusieurs appartements indépendants.

 

Des finitions exceptionnelles

Tout le charme de la demeure se situe sans doute à l’intérieur. L’une des entrées donne sur une majestueuse voûte en béton, tandis que le sol est pavé d’une mosaïque romaine. Une autre mosaïque représente la mythique Méduse, tandis qu’un ascenseur distribue l’étage des cinq chambres à coucher, du jardin d’hiver et de la bibliothèque. Le producteur italien Carlo Ponti  (La Strada, Docteur Jivago), époux de l’actrice Sophia  Loren, y vécut dans les années 50, et on ne compte plus les personnalités qui ont foulé les marbres de la maison : Federico Fellini, Vittorio de Sica, Kirk Douglas… Gageons que  l’heureux acquéreur respirera encore les effluves de la dolce Vita

Pour continuer la visite, c’est pas ici ! Leonard Luxury Real Esta

© Édouard du Penhoat