Montée du niveau de la mer et gentrification climatique à Miami

Avec le réchauffement climatique, les promoteurs immobiliers anticipent une hausse du niveau de la mer. Les classes aisées se détournent du littoral de rêve de la première ville de Floride, et mettent le cap sur des quartiers populaires où les prix montent…

La seule évocation de Miami suffit en général à déclencher un flot d’images : deux flics qui se pavanent, un front de mer immense, des plages de sable fin et des immeubles de grand luxe au bord de l’océan. Ce cliché ne sera peut être bientôt plus qu’un souvenir. Comme le relèvent plusieurs journaux américains, compulsés par Courrier international, le réchauffement climatique est en train de pousser les classes aisées plus haut dans la ville, au détriment des classes moyennes qui y sont installées depuis longtemps.

Le niveau de la mer pourrait monter de 30 cm d’ici 2045

Qu’est-ce qui peut bien pousser un futur acquéreur à chercher un appartement plus loin de la mer quand il a les moyens de s’installer au bord de l’eau ? Le fait que le front de mer puisse devenir inhabitable fait partie de la réponse. Si les prévisions climatiques voient juste, le niveau de l’océan Atlantique pourrait gonfler de 30 centimètres d’ici 2045. Les luxueux appartements du front de mer deviendraient donc inhabitables.

Les prix montent dans les quartiers populaires de Liberty City et Little Haiti

Pour pallier ces problèmes, certains promoteurs immobiliers sont d’ores et déjà en train de chercher plus haut dans la ville. Les quartiers de Liberty City et de Little Haiti, deux zones populaires de la ville, sont ainsi directement concernés : les prix de l’immobilier sont en train de s’y envoler, à tel point que certains parlent déjà de « gentrification climatique ».

Une tendance confirmée par une étude universitaire

Cette impression de voir les prix s’envoler dans les zones modestes n’est plus qu’un simple ressenti : des chercheurs de l’université d’Harvard ont récemment publié une étude dans la revue Environmental Research Letters, dans laquelle ils concluent bel et bien que les prix des quartiers centraux de Miami sont en train de gonfler.

Une autre enquête, menée cette fois-ci par le magazine en ligne The Root, révèle que le prix moyen d’une maison dans le quartier de Little Haiti a bondi de… 18,8 % entre 2016 et 2017. Miami Vice…

© Édouard du Penhoat