« L’urbanisme temporaire permet d’allier sens et rentabilité ! », Joachim Azan, Novaxia

Un immeuble peut avoir plusieurs vies et multiplier les usages dans la même vie. Novaxia, en est convaincue. Et quand cela se fait au profit de l’intérêt général c’est alors une démarche vertueuse. L’analyse de son président Joachim Azan.

Repenser la façon de créer de la valeur

Les défis environnementaux et sociaux auxquels nous devons faire face dans les prochaines décennies sont nombreux : changement climatique, transition énergétique, accroissement des inégalités, épuisement des ressources ou encore transformation des villes. De nombreuses incertitudes subsistent, mais de multiples opportunités sont à saisir. Nous en sommes convaincus et pensons même que les entreprises seront les acteurs majeurs de ces changements.  Chaque entreprise doit définir sa raison d’être et réfléchir à son impact sur la société, l’économie et l’environnement. La place d’acteur majeur que Novaxia est en train de prendre dans le cadre de la transformation urbaine nous a poussés à dépasser cette simple réflexion, pour aujourd’hui formaliser notre démarche à impact positif et prendre des engagements chiffrés à horizon 2024. C’est sur la base de nos réalisations déjà existantes, et en continuant de vouloir voir et aller plus loin, que nous avons élaboré notre stratégie d’impact positif.  Chez Novaxia, nous intégrons d’ores et déjà pleinement la dimension environnementale et sociétale dans l’ensemble de nos projets. Nous nous engageons avec chacun d’eux à développer les hommes, les territoires et l’économie.

Faire vivre les lieux en attendant leur restructuration

La transformation d’anciennes friches industrielles, de bureaux obsolètes, de bâtiments en restructuration et autres lieux délaissés prend du temps. Plutôt que de laisser les bâtiments vides, inutiles à tous dans la phase de vacance, pendant l’attente d’un permis de construire, Novaxia choisit de faire vivre ces lieux. Nos locaux sont inoccupés pendant plusieurs mois, voire plusieurs années. Dans le respect de nos valeurs, de mettre l’humain au cœur de notre réflexion, nous avons cherché à transformer cette contrainte en opportunité.

L’urbanisme temporaire, performance économique, financière et artistique

Les immeubles vides perdent de la valeur, leur entretien coûte cher alors qu’ils sont destinés à être entièrement réhabilités. L’urbanisme temporaire permet de répondre aux besoins du propriétaire, mais également de populations à la recherche de lieux pour s’installer à moindres frais. Il s’agit d’un accord gagnant-gagnant.Ainsi au 7 rue Lacépède dans le 5e arrondissement de Paris, Novaxia transforme un hôtel particulier de 1755, en hôtel 4*. En attendant le début des travaux, il héberge des pensionnaires de l’Association Aurore, dédiée aux mal-logés, ainsi que Plateau Urbain, collectif d’associations, de jeunes startups et d’artistes. C’est ainsi qu’il accueille le collectif d’artistes « A2R », la compagnie Antre de Rêves qui peut alors créer le premier théâtre immersif « Le Secret » de Paris pour y interpréter sa pièce Helsingor, Château d’Hamlet.   Aussi à Bagnolet, où deux anciens sites industriels vont être reconvertis en quartier de vie. Novaxia accueille des troupes de la jeune garde artistique française, le Wonder. C’est la démonstration que la recherche de performance économique et financière n’est pas antinomique avec la quête de sens, la préoccupation de l’autre, le respect du bien commun.

Installation temporaire et engagement sur le long terme

Si l’installation reste temporaire, le temps pour Novaxia d’entamer les travaux, cette volonté d’agir va bien au-delà et s’inscrit sur le long terme. Nous avons signé des partenariats avec plusieurs organismes que nos opérations peuvent accueillir, en fonction des besoins, le temps de la vacance.  Suivant cette même conviction, l’entreprise propose sur ces chantiers des contrats d’insertion lors des travaux et participe à la co-construction de projets écoresponsables. Ainsi, les réalisations de Novaxia poussent à la mixité sociale et à la création de véritables nouveaux lieux d’échanges.

Passion, audace, vision, ingéniosité et écoute

Nous avions créé le premier Fonds d’investissement ESUS (entreprise solidaire d’utilité sociale) du marché. Grâce à ce véhicule de placement, les investisseurs pouvaient alors faire coïncider la perspective d’une plus-value avec l’intérêt général (réinventer la ville, loger les personnes en difficultés, réinsérer). Depuis ce fonds a été abandonné par l’Etat…A l’heure où la ville nous impose de la réinventer sur elle-même et où les dotations des communes fondent comme neige au soleil, il parait indispensable de valoriser d’une façon ou d’une autre ce type de projets positifs pour tous. C’est le sens de toutes nos actions, qui allient passion, audace, vision, ingéniosité et écoute.

© SweetRédaction
Propriété privée