« Ramener les seniors à la vie avec cohabitation intergénérationnelle solidaire», Céline Amaury (Xenia)

C’est une prise de conscience qui a poussé Céline Amaury à créer Xénia, une plateforme dédiée à la cohabitation intergénérationnelle. Rencontre avec une femme débordante d’énergie et soucieuse des autres.

Céline Amaury

© DR. Céline Amaury, fondatrice de Xenia.

 0
Temps de lecture estimé : 5 min

Mysweet’immo : Comment avez-vous eu l’idée de lancer Xenia?

Céline Amaury : C’est un concours de circonstance. Même si j’ai toujours eu une appétence pour l’immobilier -à titre personnel, j’ai été marchand de biens, je ne travaillais pas dans ce secteur. J’ai exercé mon métier de directrice administrative et financière dans différents types d’activité. Un jour, dans un cadre professionnel, j’ai assisté à une conférence sur l’intergénérationnel et, là, l’intervenant a expliqué qu’un sénior en maison de retraite perd sept ans d’espérance de vie. J’ai trouvé cela affreux. Et j’ai eu un déclic. A la même époque, je cherchais un appartement pour mon fils aîné qui partait faire ses études à Lille et compte tenu du prix des écoles et des loyers, je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire. Il fallait trouver une solution qui rassemble les seniors qui doivent souvent composer avec un budget restreint et qui souffrent parfois de solitude et les étudiants qui ont des difficultés financières et dont le budget est grevé à 60 % par le loyer. Et j’ai décidé de fonder Xenia-cohabitation.

Mysweet’immo : Vous avez monté votre projet en plein confinement. Comment avez-vous procédé ?

Céline Amaury : Monter le dossier et l’offre a pris un an et demi. Ce n’était pas évident : mon projet s’adressait à deux populations dont les modes de vie sont très éloignés. J’ai fait faire une étude de marché par HEC Junior entreprise et j’ai contacté une SATT (société accélératrice de transfert technologique) pour qu’ils m’accompagnent car je ne pouvais pas me permettre de lâcher mon job. Par un heureux hasard, j’ai retrouvé une personne que j’avais rencontrée dans mon univers professionnel qui est très friande de start-up et qui a été enthousiasmée par le projet. Il m’a proposé de nous associer sur Xenia et m’a confié le poste de DAF (Directrice administrative et financière) au sein du Groupe Prunay. Ainsi, je n’ai pas eu besoin de lâcher mon job et, moi, qui aime tant être dans l’action, que ça bouge, j’adore mener de front ces deux activités. Nous nous sommes organisés au sein du Groupe Prunay pour que je puisse le faire et j’ai aujourd’hui 7 personnes qui travaillent avec moi sur Xenia.

Mysweet’immo : Quels sont les services rendus par Xenia ?

Céline Amaury : Basée sur le principe de la cohabitation intergénérationnelle solidaire, Xenia permet, depuis juin 2020, partout en France mais plus particulièrement à Paris et en Ile-de-France, à Bordeaux, à Rennes et à Lille, à un jeune de trouver un logement à loyer modéré (-40%) en échange de quelques services rendus à son hôte senior pour faciliter son quotidien. Avant d’entrer dans les lieux, le jeune signe une convention de cohabitation qui prévoit le montant du loyer et les obligations qu’il doit remplir envers le senior. Nous nous assurons que, non seulement, il va jouer le jeu – pas question qu’il opte pour cette solution juste pour une question financière, mais aussi que les deux profils sont compatibles sachant qu’une cohabitation dure en moyenne 9 mois et qu’ils vont devoir vivre ensemble. En réalité, la plupart des seniors, propriétaires ou locataires, ne demandent pas d’aide particulière, parfois de faire quelques courses : ils s’inscrivent sur Xenia pour avoir une présence au quotidien et un revenu complémentaire.

Mysweet’immo : Où en êtes-vous du développement de l’entreprise ?

Céline Amaury : Le lancement est plus difficile que je ne l’avais imaginé. Nous avons été confrontés au Covid et à cette idée que les jeunes rendent les séniors malades. La rentrée de septembre 2020 n’a pas été simple et celle de 2021 n’a pas eu lieu puisque les cours étaient encore en distanciel. Depuis le début de la campagne de vaccination, les choses bougent mais lentement. Il y a des freins psychologiques surtout du côté des seniors qui, avant de se lancer, doivent d’abord reconnaître qu’ils ont besoin de ne plus être seuls. Ils doivent aussi être prêts à avoir quelqu’un chez eux. De ce fait, ils restent frileux mais, lorsqu’ils sautent le pas, les témoignages que nous recueillons sont formidables : le sénior comprend à quel point les échanges et la présence d’un jeune chez lui le stimulent dans son quotidien et combien c’est bénéfique pour lui. La cohabitation redonne du sens à sa vie. 95 % de nos séniors qui ont cohabité en 2020 ont re signé pour 2021. Et pour le jeune aussi, il y a des avantages : certains ne veulent pas vivre en colocation. Avec cette solution, loin de chez eux, ils se retrouvent un peu comme à la maison. Presqu’avec un de leurs grands-parents. Ce partage d’expériences leur apporte beaucoup à eux aussi.

Je n’ai qu’une hâte c’est que Xenia se développe davantage parce que cette cohabitation rend service à ces deux populations, améliore le quotidien des séniors et ramène de la vie chez eux. J’ai envie que, demain, la cohabitation intergénérationnelle fasse partie des possibilités de logement.

Mysweet’immo: Quels conseils donneriez-vous à ceux qui se lancent dans l’entrepreneuriat ?

Céline Amaury : Quand on a envie de monter un projet, il faut se donner les moyens de se lancer pour ne pas regretter. Le temps passe vite. Si vraiment on croit en quelque chose, il faut y aller.