Retraite : Les jeunes s’intéressent à une complémentaire retraite de plus en plus tôt

Qui sont les 52 % de Français qui épargnent pour leur retraite ?
Quid des 48 % restants ? Chez Caravel, les lignes bougent : l’âge moyen de ses clients atteint 33 ans.

Immobilier Retraite

© adobestock

 0
Temps de lecture estimé : 4 min

Un des piliers du quinquennat d’Emmanuel Macron, la réforme des retraites n’en finit pourtant plus de faire débat. Si elle est un droit acquis pour les générations actuelles, les jeunes actifs s’interrogent sur le financement de la leur, à l’heure où le vieillissement de la population remet en débat certains de ses critères : travailler plus longtemps pour cotiser plus, réduire les pensions, souscrire à un régime privé, etc.

Dès lors, le passage à la retraite semble être anticipé par la moitié de la population afin de s’assurer un complément de revenus, notamment via la souscription à des prestataires privés. Mais qu’en est-il de de l’autre moitié ? Quels sont les freins pour les 48% restants ?

Pour les jeunes, quelle garantie d’une retraite ?

En France, au 1er janvier 2020, 1 habitant sur 10 a plus de 75 ans. Un vieillissement de la population qui pousse les plus jeunes générations à anticiper davantage leurs retraites. Ce vieillissement de la population, qui s’accompagne d’une croissance de l’espérance de vie, a eu pour conséquences un report de l’âge à la retraite et des carrières plus longues. A la lumière des échanges politiques, et un nombre de trimestres susceptibles d’augmenter dans les prochaines années, une incertitude naît chez les jeunes générations quant à savoir s’ils auront une retraite.

Nombreux sont donc ceux qui se constituent des revenus complémentaires : plan épargne retraite, assurance-vie, investissement immobilier, pour n’en citer que quelques-uns.

Le PER, nouveau garant d’une retraite ?

Le PER, plan épargne retraite, est depuis 2 ans un acteur innovant qui trouve de mieux en mieux son public : 15% des foyers français possèdent à minima un produit d’épargne retraite, plus de 4 millions de Français sont détenteurs de PER, et les PER individuels pèsent environ 60% du marché. En 2022, selon France Assureurs, il existe plus de 3,2 millions de PER. En termes de profession, l’épargne retraite reste le mieux représentée chez les professions libérales avec 48,9% de détenteurs, suivies par les cadres qui sont détenteurs à 34% d’au moins un produit épargne. Les chefs d’entreprise, commerçants et artisans déteignent pour 28,5% d’entre eux un PER, et ceci concerne également près de 30% des agriculteurs.

Les salariés, qui seront touchés par la baisse de revenus à ce passage à la retraite, ne sont détenteur qu’à hauteur de 10%. L’opinion publique semble imaginer que le PER s’adresse à une frange aisée de la population et/ou au statut d’indépendant. Il y a un besoin de démocratisation et de favorisation de l’accès, pour permettre à chacun un complément de revenus au moment du départ à la retraite.

De plus en plus de Français prêts à épargner

L’allongement de l’âge légal de départ à la retraite incite 72% des Français à épargner davantage. 35% des Français déclarent aujourd’hui vouloir adhérer à un Plan Epargne Retraite contre 28% en 2021. Les moins de 35 ans (59%) et les étudiants (64%) sont même les plus nombreux à y songer, tandis qu’ils ne sont “que” 27% à l’envisager chez les 35 ans et plus.

Des clients de plus en plus jeunes chez Caravel

Lancée en 2021 par Olivier Rull, Marie Janoviez et Hugo Lancel, Caravel, premier acteur tech dédié et spécialiste de la retraite, démocratise l’accès au PER. A l’image de ses clients dont l’âge moyen atteint 33 ans contre 45 ans en moyenne en France.

Les travailleurs non-salariés représentent 70% (vs 50% sur le marché). Les femmes sont également plus présentes 45% contre 30% en moyenne nationale. Parmi les détenteurs d’un PER Caravel, 65% sont sans enfants à charge et 38% célibataires. En moyenne, les souscripteurs de Caravel épargnent 5 % de leurs revenus mensuels, ce qui représente 8% au total du patrimoine financier dans un PER. 17% d’entre eux étaient équipés avant Caravel de PER ou PERCO.

Les femmes et les étudiants s’intéressent à la retraite

Si plusieurs types de profils s’intéressent de plus en plus au PER, les femmes et les étudiants jusqu’ici sous-représentés commencent envisager plus sérieusement de préparer leurs retraites. Une problématique également bien présente chez les non-salariés.

L’offre de Caravel est accessible aux plus petits budgets ou aux revenus variables, avec une offre commençant à 50 euros par mois. Avec cette cotisation, cela permettrait à l’épargnant de toucher un revenu complémentaire mensuel de 301 euros au moment de la retraite.