Envie de partir à la dernière minute ? 2000 logements à petits prix sur Firebnb

Marre de la pluie et envie de partir ce week-end, sans vous ruiner ? La start-up Firebnb a déjà plus de 2000 logements accessibles en dernière minute.

Ca ne vous est jamais arrivé d’avoir envie de partir du jour au lendemain,  sur un coup de tête ? Si beaucoup de sites internet proposent des formules en lastminute, Firebnb va  plus loin. Cette start-up propose des logements, de particuliers et de professionnels, accessibles en dernière minute, et à réserver en un clic.

Maxime Blum est le co-fondateur de Firebnb : « Nous sommes un outil, à la fois destiné aux hôtes, mais aussi aux clients ». Quand on le compare au site internet d’hébergement Airbnb, le jeune entrepreneur le prend plutôt bien . Aucune vraie concurrence n’existe, mais il précise :  » Nous on est attractifs ».

Et pour cause : le site Firebnb existe depuis un an et demi environ, et propose déjà plus de 2000 logements sur sa plateforme. « Ca va des hébergements à 20 balles la nuit, jusqu’au logement à 3000 balles sur Paris » précise Maxime Blum. Le tout, accessible, jusqu’à la dernière seconde.

Un site qui s’adapte aux besoins de chacun

« J’avais un logement Airbnb , et j’ai fini par m’habituer au fait de le louer à chaque fois que je partais. Et puis un mois d’août, ça ne marchait pas. Du coup j’ai baissé mon prix pour attirer des locataires. Je pensais que tout le monde faisait pareil, et en fait non. Du coup, avec mon associé, on s’est dit testons ça, avec la location en lastminute » raconte le fondateur de Firebnb. L’objectif était donc de surfer sur la vague Airbnb, mais en proposant une offre dans l’air du temps. « Les gens ont tendance à réserver, à acheter de plus en plus à la dernière minute, et de plus en plus mobile ».

Et il ne faut pas oublier les hôtes, qui représentent 50% de la clientèle de Firebnb, au moins. « Une forte concentration de l’offre s’est construite à Paris, et de nombreux particuliers se sont mis à louer leur logement » raconte Maxime Blum. « Les prix ont baissé, mais les marges ont baissé aussi. Donc les particuliers se sont mis à chercher des solutions, comme faire du multi-posting, ou encore de la pub, mais c’est compliqué pour eux ». Firebnb n’empêche pas les hôtes d’avoir leur logement sur Airbnb ou Booking.com par exemple. « On est un outil complémentaire, un autre canal de diffusion » précise le jeune entrepreneur.

Un prix, et c’est tout !

Le co-fondateur de Firebnb n’est pas tendre quand il décrit ses concurrents dans le lastminute : « C’est du prix pas cher, mais c’est du service inexistant ». C’est pourquoi Firebnb s’est imposé cet impératif, celui d’avoir un service client irréprochable. « Sur tous les sites de Lastminute, on va me proposer un prix au début, qui ne sera pas le même à la fin, car je vais payer des marges, ou des frais de dossier. Chez nous ça n’est pas possible : quand on va sur notre site, c’est uniquement pour les dates du client, et aucun frais ne se rajoute » affirme-t-il. Avant d’ajouter : « de toute façon, s’il trouve moins cher ailleurs, on lui rembourse ». Un service client, qui passe notamment par une équipe joignable 7j/7.

L’idée de Firebnb, c’est donc de trouver des solutions aux problèmes de tous les utilisateurs. « Si le mec arrive à Marseille et qu’il n’a pas de logement, nous on est là pour lui, on lui trouve une solution ». En tout cas, les débuts sont prometteurs. La start-up est actuellement en pleine levée de fonds. « L’objectif, c’est 20 000 logements en 2018, et 60 000 en 2020 » annonce Maxime Blum. Alors, qu’attendons-nous pour partir en vacances demain ?

Pour vous rendre sur le site de Firebnb, c’est juste ici.

(c) Andréane Meslard/by BazikPress (c) Firebnb

 

© SweetRédaction
Era France

MySweet’Newsletter

Chaque semaine