Paris Fibre

Ces arrondissements parisiens qui ont la côte chez les Anglais

Avec l’accélération du Brexit, la clientèle étrangère jette son dévolu sur les plus beaux biens de la capitale. Mais quels sont les arrondissements qui séduisent le plus les Britanniques ?

  • Démarrage en trombe pour le secteur du haut de gamme. À en croire le réseau d’agences immobilières de luxe Vaneau, l’année 2018 commence bien : « Nous progressons de 38% par rapport à janvier 2017. Le mois de février s’annonce sur le même rythme », indique Alexis Caquet, directeur général de Vaneau. Une situation due aux conditions de financement plus qu’excellentes, avec des taux de crédit toujours bas, et une attractivité retrouvée de la France auprès de la clientèle étrangère. Le réseau enregistre ainsi une hausse de 23 % depuis le début de l’année de la part de cette clientèle.

Ce sont d’ailleurs ces acquéreurs fortunés qui devraient concourir à donner des couleurs au marché du haut de gamme parisien selon Thierry Delesalle, notaire de Paris : « Pour l’année en cours, on peut se dire que le Brexit et l’arrivée de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) vont forcément avoir une incidence. Pas mal de Français à l’étranger sont en train de revenir. Ils veulent anticiper le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne, tout comme certains Britanniques. Ces acquéreurs vont se caler sur le haut de gamme parisien ce qui fera monter les prix de manière importante. »

Des arrondissements plus séduisants que d’autres

Si la Ville Lumière recèle de trésors, certains arrondissements semblent avoir davantage la côte que d’autres chez les Britanniques. C’est le cas par exemple de Saint-Germain-des-Prés, dans le 7ème arrondissement : « Depuis quelques mois, une augmentation importante d’expatriés liés Brexit préparant la rentrée scolaire de septembre 2018 », confie Amandine Cruz, directrice d’agence pour Vaneau Bac – Saint Germain. « Du fait de l’absence de biens, dès qu’un appartement arrive sur le marché, il se vend en quelques jours s’il n’a pas de défaut particulier, même au regard d’un prix élevé. » ajoute-t-elle. Un quartier dans lequel les prix au m² oscillent entre entre 13 000 € et 20 000 €.

Plus étonnant, le 9ème arrondissement. Un territoire qui séduit les Anglais pour sa proximité avec la gare du nord et donc l’Eurostar. « On y trouve beaucoup de « quartiers » commerçants et vivants, une grande offre de transports en commun, de bonnes écoles. C’est le critère principal qui fait que les gens aiment le 9ème et, souvent, les vendeurs souhaitent rester dans le même quartier afin de continuer à scolariser leurs enfants dans ces mêmes écoles. Idem côté acquéreurs qui souhaitent de plus en plus allier cette caractéristique au coup de cœur », souligne Sylvain Cobac, directeur d’agence Vaneau 9ème. Si les prix sont plus « sages » (entre 10 000 € et 12 000 € /m²), les biens sont tout aussi difficiles à trouver que dans les quartiers les plus chics de la capitale.

Enfin, le prestigieux 16 arrondissement et son quartier du Trocadéro n’en finit pas d’attirer les populations étrangères, selon Guillaume Saint Pierre, directeur d’agence Vaneau Trocadéro : « 10% de notre clientèle est étrangères. Elle vient du Liban, du Moyen-Orient, de Chine et l’on compte aussi des acquéreurs liés au Brexit. Ce sont des très gros patrimoines, avec une très importante capacité financière. Ils ont l’habitude des prix de capitales anglo-saxonnes ou du golfe. Le marché parisien est donc souvent perçu comme une opportunité pour eux en termes de prix ». De quoi laisser entrevoir aux vendeurs des perspectives de plus-values très importantes selon les professionnels. Car ici, le m² commence à se négocier autour des 11 700€ net vendeur.

© SweetRédaction