Girardin Industrielle : 10 questions à vous poser pour défiscaliser avant le 31 décembre

Il ne vous reste plus que quelques jour pour défiscaliser. Mélanie KABLA, Directrice du Développement chez ECOFIP répond aux questions qu’il faut vous poser avant d’opter pour la Girardin Industrielle.

Cette réflexion patrimoniale est d’autant plus importante que 2018 est une année blanche qui précède la mise en place du prélèvement à la source. Mais cette année blanche n’enlève rien à l’intérêt de réduire ses impôts sur le revenu. Bien au contraire. Le fisc rétrocédera l’avantage fiscal auquel tout souscripteur aura droit, dans la limite du crédit d’impôt modernisation du recouvrement (CIMR) à l’été 2019. Parmi les produits défiscalisants, la Girardin Industrielle.

Puis-je prétendre à une opération de défiscalisation ?

Tout particulier résident fiscal français désirant réduire son impôt peut investir dans une opération de défiscalisation. La réduction est possible à partir de 4 000 € d’impôt/an.

Comment faire ?

Prendre rendez-vous avec son conseiller en gestion de patrimoine (CGP) et lui demander une souscription en Girardin Industrielle pour réduire vos impôts sur le revenu. Il se rapprochera d’un monteur spécialisé en Girardin Industrielle.

 Quels effets procurés par la Girardin Industrielle ?

Elle permet aux investisseurs de réduire ou effacer leur impôt en « one shot » avec un taux de rentabilité attractif, en finançant du matériel industriel neuf pour permettre le développement économique des DOM-COM. Le bénéfice attendu s’effectue sous forme de réduction d’impôts et s’obtient, en une seule fois, l’année suivant l’investissement.

Est-ce un produit stable ?

Oui, Il s’agit de la Loi de programme du 22 juillet 2003, révisée par la LODEOM en 2009 puis par les dernières Lois de Finances, applicables aux investissements réalisés jusqu’au 31 décembre 2025 pour les DOM et les COM.

L’année blanche rend-elle encore ce produit attractif ?

Oui, à défaut de réduire le montant de l’impôt, les réductions d’impôt 2018 procurées par la Girardin Industrielle, seront intégralement remboursées au moment du solde de l’impôt, au plus tard à la fin de l’été 2019 – à hauteur maximum du CIMR.

Dans quels biens investir ?

Le contribuable doit s’assurer, auprès de son Conseil, qu’il va investir dans des biens industriels dits standards, à fort potentiel de relocation. Il est très important de vérifier que les opérations financées bénéficient d’une forte mutualisation avec des solutions assurantielles performantes pour un investissement ultra-sécurisé. Attention, le monteur doit être présent localement avec des salariés implantés en Outre-Mer.

Est-ce un investissement sécurisé ?

Oui. Des assurances et garanties sécurisent au maximum l’investissement. Chez ECOFIP, nous proposons des assurances et garanties qui permettent de sécuriser au maximum les investissements de nos investisseurs. Notre assurance RC PRO vient couvrir la réduction d’impôt de l’investisseur en cas de défaillance dans le montage du dossier. Nos assurances RC et Dommages Exploitants Chapeau protègent nos investisseurs en cas d’accident d’un matériel exploitant non ou mal assuré. Notre dernière assurance Chapeau Pertes Fiscales Indirectes couvre l’investisseur contre les pertes fiscales liés à un acte frauduleux d’un intermédiaire ou d’un locataire. Enfin nous proposons une garantie GPLUS – optionnelle – garantissant 100 % de réduction d’impôt à l’investisseur.

Le contribuable est-il lié dans le temps ?

Oui et Non. Souple, sans notion d’engagement d’une année sur l’autre, c’est une opération de type « oneshot » pour le souscripteur Cela étant, le souscripteur reste détenteur des parts de la société durant les cinq années suivant l’opération.

Le dossier est-il complexe à réaliser ?

Non pas du tout, le particulier passe par son CGP qui pourra réserver directement en ligne le dossier de souscription pour son client. La signature du dossier peut se faire papier ou par e-signature pour gagner du temps.

 Présente t-il un intérêt pour les DOM-COM ?

Évidemment ! Cela permet aux exploitants ultra-marins locaux de se développer et d’acquérir du matériel neuf avec plus de facilité et à moindre coût.

© SweetRédaction
Era France