Subway Art, l’œuvre d’art éphémère s’autodétruira dans les entrailles du Grand Paris

LEK & SOWAT transforment le bouclier du tunnelier S1174 qui va creuser les tunnels du futur métro parisien en prolongement de la ligne 14 en œuvre d’art.

Un habit éphémère pour le tunnelier du métro du Grand Paris

Gestes calligraphiques  et esthétique industrielle subliment le bouclier du tunnelier S1174 présenté dans un hangar de la société Herrenknecht en Allemagne. D’ici quelques mois l’engin va creuser et construire les tunnels du futur métro parisien en prolongement de la ligne 14. L’œuvre éphémère se détruira à mesure que la machine poursuivra son chemin dans les entrailles du Grand Paris.

LEK & SOWAT habitués à investir des lieux que personne ne voit

« Un tunnelier est l’outil premier de l’édification des chemins de fers métropolitains, un symbole puissant de la culture street art, expliquent les créateurs LEK & SOWAT. SUBWAY ART est aussi un tribut au travail des hommes et femmes, ouvriers, ingénieurs et architectes, derrière la conception et la construction de ces machines cyclopéennes qui creusent en même temps qu’elles bâtissent les tunnels des futures voies ». Et de poursuivre : « à travers le titre de notre œuvre, nous glissons quelques mots doux à Martha Cooper, Henry Chalfant et leurs amis du New York des années 80, dont le livre Subway Art a contribué à la diffusion de la culture Graffiti à travers le monde ».

Quand le Street Art sublime un engin industriel méconnu

« Nous sommes fiers d’offrir la surface de notre tunnelier à deux grands talents internationaux du street art. LEK & SOWAT ont l’habitude d’investir des lieux que personne ne voit : leurs installations mettent en valeur des lieux inconnus et insoupçonnés du grand public. C’est donc une grande satisfaction d’avoir obtenu leur collaboration pour sublimer un engin industriel incroyable et méconnu de millions de citoyens qui pourtant bénéficieront indirectement de sa mise en œuvre pour mieux vivre leur ville. Le tunnelier S1174 acquis par NGE, est un des 6 tunneliers bientôt exploités par le groupe en propre ou en groupement sur la Capitale », Orso Vesperini, Directeur Général Adjoint de NGE, en charge des projets du Grand Paris.

Des installations qui repoussent les limites du graffiti traditionnel

Férus d’Urbex, LEK & SOWAT travaillent en binôme depuis 2010. Leurs installations repoussent les limites du graffiti traditionnel en réunissant abstractions architecturales, installations éphémères et vidéos. Leur projet Mausolée, rassemblant clandestinement 40 artistes urbains dans un centre commercial abandonné, leur ouvre les portes du Palais de Tokyo en 2012. Entourés d’une cinquantaine d’artistes iconiques des arts urbains, ils passent deux années à créer une exposition expérimentale dans les issues de secours du bâtiment, initiant ce qui deviendra le Lasco Project, le premier programme officiel d’art urbain du centre d’art. Depuis, ils multiplient les projets à l’étranger (Inde, Hong Kong, Abu Dhabi, Europe…) ainsi que les collaborations avec des artistes d’horizons aussi variés que le poète beat John Giorno, les stylistes Agnès b et Jean Charles de Castelbajac, les pionniers du Graffiti que sont Futura, Mode2 et Jonone ou encore Jacques Villeglé, précurseur du street art. C’est avec ce dernier qu’ils réalisent le projet « Tracés Directs », première œuvre de graffiti à entrer dans la collection permanente du centre Pompidou. En 2016, ils sont les premiers artistes issus du graffiti à intégrer, comme pensionnaires, la prestigieuse villa Médicis à Rome. En 2017, ils interviennent sur deux murs de la L2 de Marseille. En 2018, ils sont invités par le Centre des Monuments Nationaux à intervenir, dans le cadre de Sur les Murs, Histoire(s) de Graffiti, aux tours de La Rochelle où ils entament un dialogue avec les graffitis des prisonniers anglais.

© mysweetimmo/Nicolas Gzeley
Era France