Propriété privée

Les Français, l’amour et le logement : le trio gagnant ?

A l’occasion de la Saint-Valentin, Bienici.com, le site d’annonces immobilières, s’est interrogé sur les rapports de couple en immobilier. Le sondage* dévoile certains aspects surprenants de la relation entre passion et cocooning. Pour 52 % des Français, le choix du domicile est un gage de réussite primordial pour le couple. A noter : 89 % des hommes accepteraient de déménager par amour… et seulement 53 % des femmes.

Le logement : la clé du couple ?

Pour la majorité des Français (52 %), le choix du domicile est un gage de réussite primordial pour le couple. Cependant, cette notion est plus importante chez les femmes (55 %) que chez les hommes (48 %).

Le prix : un facteur déterminant

Le coût reste, pour 40 % des Français, l’élément le plus déterminant dans la recherche d’un logement. La proximité avec le lieu de travail (25 %) et la proximité avec les proches (15 %) sont néanmoins des critères importants.

Déménager par amour ?

Si l’amour donne des ailes, celles des hommes semblent les mener le plus loin. En effet, à la question « seriez-vous prêt(e) à déménager par amour et vivre dans une autre région ? », les hommes sont plus de 89 % à accepter de partir quand les femmes ne sont que 53 %.

Top 3 des régions où partir par amour

Il semblerait tout de même que toutes les régions ne suscitent pas le même intérêt. Ainsi, les hommes seraient prêts à déménager par amour en région PACA (24 %), en Bretagne (22 %) et en Auvergne Rhône-Alpes (18 %). Du côté de la gent féminine, la région Bretagne arrive en tête avec 25 %, suivie de la région PACA avec 22 % et la Normandie avec 19 %.

La décision finale est un territoire féminin

Dans le cadre d’un projet immobilier, il semble que la décision finale soit la responsabilité des femmes, dans les couples hétérosexuels. En effet, 53 % des hommes acquiescent que c’est leur conjointe qui décide, et 52 %des femmes le confirment.

Le bruit : source de désagrément entre voisins

La Saint-Valentin peut être propice aux ébats. Mais qu’en est-il des problèmes de voisinage lorsque les actes montent trop dans les décibels ? Les hommes (68 %) semblent davantage gênés par le bruit de leurs voisins que les femmes qui ne sont que 51 % à s’en offusquer.

Le silence est d’or…

A l’inverse, les Français se considèrent plus silencieux que leurs voisins. C’est ce que déclarent 67 % des hommes et 71 % des femmes qui pensent ne pas déranger leur voisinage pendant leurs ébats amoureux.

*Méthodologie : enquête réalisée auprès de 8 412 personnes en couple, représentatives de la population nationale française, âgées de 18 ans et plus. Sondage effectué en ligne, sur le panel propriétaire BuzzPress France, selon la méthode des quotas, durant la période du  31 janvier au 4 février 2019. Profils : 49% de femmes et 51% d’hommes. Toutes les informations mises en avant par les personnes interrogées sont déclaratives.

 

 

 

 

 

 

 

© mysweetimmo/adobestock
Era France