Que faire de votre contrat d’assurance vie qui ne rapporte presque plus rien ?

Vous êtes titulaire d’un contrat d’assurance vie qui a moins de 8 ans ne vous rapporte « presque » plus rien ? Vous vous demandez si vous avez intérêt à le garder ? Suivez le guide.

L’assurance-vie en euro rapporte péniblement 1,6% !

63% des ménages français en détiennent une et le montant moyen de l’épargne qui y est placée est de 90 000 €. Les assurances-vie continuent de séduire les français alors même qu’elles sont très majoritairement investies en fonds euro dont les rendements, qui n’ont cessé de baisser depuis 10 ans, plafonnent péniblement à 1,6% en 2018, soit moins que l’inflation. Quel est alors l’intérêt de garder un produit financier s’il ne couvre même plus l’érosion monétaire ? Pourtant, des millions de français persistent à conserver leur assurance-vie au prétexte que celle-ci a « moins de 8 ans ». De ce constat, est-ce judicieux de conserver son assurance-vie si celle-ci a moins de 8 ans et qu’elle ne rapporte presque plus rien ?

La réforme macron sur la fiscalité de l’assurance-vie a changé les règles du jeua

Pour rappel : avant la réforme Macron sur la fiscalité de l’assurance-vie, il pouvait effectivement être pertinent dans certains cas de conserver son assurance-vie si celle-ci avait moins de 8 ans afin de bénéficier à plein des avantages fiscaux et abattements offerts pour durée de détention (pour rappel, la fiscalité au-delà de 8 ans est de 7,5% + 17,2% de CSG/CRDS + un abattement sur les plus-values de 4600 € pour un célibataire et 9200 € pour un couple marié ou pacsé). Cette réforme Macron avait notamment justement comme objectif de rendre plus liquide et mobile l’assurance-vie, en permettant aux détenteurs de sortir à tout moment, avec une taxe forfaitaire (flat Tax) de 30%.

Optimisez la plus-value non imposée

En vous basant sur le rendement moyen des deux dernières années, vous calculez le montant que vous devez laisser sur le contrat et la durée restante pour optimiser la plus-value non imposée grâce à l’abattement au terme des 8 ans, afin de bénéficier à plein de l’abattement sur ces plus-values (4600 € ou 9200 €). Vous procédez ensuite à un rachat partiel du capital supérieur et en profitez pour ouvrir un nouveau contrat, plus performant. (Sachez qu’il existe des fonds euro à capital garantis qui rapportent plus de 3% nets de frais CQFD)

Votre contrat a moins de 4 ans ? Rachetez le

Si vous avez ouvert votre contrat il y a moins de 4 ans, aucun intérêt de le conserver si son rendement est inférieur à 2% nets de frais (pour couvrir à minima l’inflation). Demandez alors le rachat total de votre contrat et acquittez-vous de l’impôt sur les plus-values uniquement.

Votre contrat a 6 ans ou plus ? Attendez

Si votre contrat a 6 ans ou plus, il ne vous reste « plus que » deux ans à attendre pour bénéficier à plein des avantages fiscaux.

« De manière générale, et mis à part pour quelques exceptions, vous avez intérêt à clôturer un contrat d’assurance-vie et opter pour un contrat plus performant (notamment et y compris tout en gardant le même niveau de sécurité ou d’exposition) si celui que vous détenez n’est pas performant, recommandent les experts de netinvestissement. L’échéance des 8 ans sert bien davantage les intérêts de l’établissement détenteur du contrat que les vôtres. Pensez d’abord à vos intérêts ! »

 

© SweetRédaction