Taxe d’aménagement : que faut-il savoir pour 2019 ?

Celle que l’on surnomme parfois la « taxe abri de jardin » a augmenté en 2019. Voici ce qu’il faut savoir avant de vous lancer dans le bricolage.

Le retour des beaux jours nous pousse immanquablement à profiter de l’extérieur. Si vous avez un jardin, vous êtes peut être impatient de vous lancer à corps perdu dans la fabrication d’un abri, pour prouver au monde entier, ou du moins à l’ensemble du voisinage, vos talents de bâtisseur. Mais n’hésitez pas à faire aussi l’étendue de vos compétences de fiscaliste !

Une taxe légèrement plus chère en Île-de-France

Créée en 2012, la taxe d’aménagement s’applique à un nombre plus large de constructions que son sobriquet ne le laisse deviner. S’il est vrai qu’elle doit être prise en compte lors de la construction d’un abri de jardin, elle s’applique en fait pour toute opération d’agrandissement ou de reconstruction qui demande une autorisation d’urbanisme.

Cette année, la hausse de cette taxe frise les 4 % (3,8 % précisément), selon l’arrêté du Journal officiel du 28 décembre dernier. Ainsi, cette année, il faudra vous acquitter de 753 euros par mètre carré pour l’ensemble du pays hormis la région capitale, et de 854 euros par mètre carré en Île-de-France. Notez tout de même que des tarifs spécifiques s’appliquent si vous construisez une piscine ou si vous fixez des panneaux photovoltaïques dans le sol (200 euros par mètre carré pour un bassin, 10 par mètre carré pour un panneau.

Pour vous donner une idée précise du montant dont vous devrez vous acquitter, le site du service public met en ligne un simulateur gratuit disponible à cette adresse !

 

© mysweetimmo/adobestock©Élonore H. - Adobe