Loi Elan : une déception pour l’aménagement des territoires

Pascale Poirot, président de l’Union des Aménageurs revient sur la présentation du projet de loi ELAN aujourd’hui en conseil des ministres.

Depuis l’exposé de la stratégie logement le 20 septembre dernier par le Gouvernement jusqu’à la présentation ce matin en Conseil des ministres du projet de loi Elan, les attentes étaient nombreuses.

« Pour nous, aménageurs, c’est une vraie déception car aucune disposition ne permet de créer les conditions d’un choc d’offre qui aurait permis de compenser les effets de l’hyper-métropolisation des politiques du logement et l’écrêtement des aides suite à la dernière Loi de finances », déclare Pascale Poirot, présidente de l’UNAM.

Pourtant, ce projet de loi présentait trois objectifs ambitieux : construire plus, mieux et moins cher ; répondre aux besoins de chacun et favoriser la mixité sociale ; améliorer le cadre de vie. Mais il existe malheureusement un gouffre abyssal entre les grands objectifs, partagés par tous, et l’absence d’outils opérationnels adaptés au développement de tous les territoires.

« Surtout, ce décalage entre le discours et le réel est en train de dessiner une France à plusieurs vitesses dont le risque majeur est de créer une bombe à retardement en matière de cohésion sociale » explique Pascale Poirot.  « Profitons du débat parlementaire, pour qu’à l’instar de l’esprit du plan Action Coeur de Villes, la Loi ELAN offre à tous les territoires des outils opérationnels de développement tel le permis d’aménager multi-sites ».

 

© SweetRédaction
Era France

MySweet’Newsletter

Chaque semaine