Acheter à Paris, encore possible à moins de 30 ans ?

Les prix ne cessent de flamber dans la capitale à tel point que l’on peut se demander si acheter à Paris quand on est jeune est encore possible aujourd’hui. Un facteur néanmoins joue en la faveur des acquéreurs : les taux bas du crédit immobilier.

A partir de quel montant peut-on acheter à Paris aujourd’hui ?

En février les prix ont augmenté de 0,2% dans la capitale : 9 463€, c’est le prix moyen du m2 à Paris selon l’évaluation du site MeilleursAgents. Pour autant il existe des écarts entre les arrondissements. La surface que l’on peut s’offrir pour un même budget est extrêmement variable d’un bout à l’autre de la capitale.  Dès lors, un jeune de moins de 30 ans peut-il espérer accéder à la propriété dans la ville lumière ?
Le journal Les Echos a mis en évidence dans un de ses articles des différences de prix observées selon l’état du logement et le prestige de l’arrondissement.
Avec 100 000 € à investir, on arrive ainsi à la conclusion qu’en dehors d’une chambre de service, les beaux quartiers parisiens offrent peu (pas) de possibilités. Comme cette chambre de 7m2 près du lycée Henri IV vendue par Century 21 au prix de 95 000 €. Pour espérer un studio de 20 m2 au même tarif, le 17 ème fournirait plus d’opportunités, notamment du côté de la zone des Epinettes.
Entre 200 000 et 300 000 €, le studio est envisageable entre 20 et 30 m2 environ selon les quartiers et l’état de l’appartement à rafraîchir ou non, les 18 ème , 19 ème ou 20 ème (Lilas) proposant quelques possibilités.
Pour obtenir jusqu’à 4 pièces, il faut viser un budget de 500 000 euros. Pour peu que l’on puisse réaliser quelques travaux, l’article des Echos précise que l’on peut même s’offrir jusqu’à 120m2 dans une tour porte de la Chapelle. Néanmoins côté quartier Goutte d’Or, ou aux Abbesses, on dépasserait difficilement les 50 m2.

Et le financement du bien immobilier dans tout ça ?

C’est peut-être la bonne nouvelle face aux prix qui s’envolent. Les taux immobiliers sont bas, plus bas même qu’à l’automne 2016 quand ils atteignaient leurs planchers historiques avec 0,90% sur 15 ans et 1,08% sur 20 ans pour les meilleurs dossiers.
Les meilleurs taux en mars 2019 se situent eux à 0,80% sur 15 ans et 1% sur 20 ans ! Un record… Qui peut aider à financer son rêve parisien.
Si les taux immobiliers sont aussi bas, c’est que les banques poursuivent des objectifs élevés en termes de nouveaux clients à « bancariser » et de crédits immobiliers. Le coût de l’argent restant bas, elles peuvent jouer sur le levier des taux pour séduire davantage de clients.
D’ailleurs, elles proposent des décotes parfois vertigineuses, surtout en direction de profils qu’elles souhaitent attirer, variables en fonction des établissements bancaires : les jeunes actifs au profil évolutif font partie des profils recherchés.
Dans ce contexte, le conseil serait d’abord de vérifier son éligibilité aux prêts aidés en réalisant une simulation d’emprunt immobilier : prêt à taux zéro (PTZ), prêt PAS (prêt à l’accession sociale) ou prêt Action logement peuvent aider ! Ensuite, présenter un bon dossier est plus qu’utile : idéalement un emploi en CDI (revenus pérennes), un apport (au moins 10% du montant total de l’opération), et des comptes sans découvert (bonne gestion de son budget).
Enfin, l’idéal est de faire jouer la concurrence entre les banques ! Un courtier en crédit immobilier se révèlera un bon allié : trouver la banque en adéquation avec un projet et un profil d’emprunteur, c’est sa spécialité… De même qu’obtenir le meilleur taux et les meilleures conditions auprès des banques.

© article partenaire