Méditerrapolis : « une smart city européenne », Ondine Khayat

La romancière et psychothérapeute Ondine Khayat était l’invitée du premier colloque sur l’immobilier et le tourisme en Grèce organisé à Paris, par l’ambassade de Grèce en France et la Chambre de Commerce et d’Industrie France Grèce (CCIFG). Elle est venue nous parler du projet Méditerrapolis.

Imaginez un lieu ouvert où tous les pays européens vivent en harmonie, échangent et collaborent, dans une envie perpétuelle de créer un monde meilleur. Il ne s’agit pas là d’un conte de fée mais bien de ce que promet le projet Méditerrapolis, « Pour un monde meilleur ». Ondine Khayat est autrice et psychothérapeute et elle travaille sur ce projet. « C’est une ville nouvelle, une smartcity européenne qui est née du constat que l’Europe est aujourd’hui menacée » explique-t-elle. L’idée de cette ville intelligente est simple : rassembler les peuples européens dans un seul et même endroit pour mieux les fédérer. « Il faut qu’on devienne une famille et non plus seulement des voisins » précise Ondine Khayat, autrice franco-libanaise à l’origine notamment de « Un pays sans adulte ». Elle a imaginé cette cité aux côtés de Frédéric Koskas, co-fondateur et directeur général du Fonds de Dotation « Pour un Monde Meilleur « .

Une cité grecque du futur et intelligente

Des artistes, des scientifiques, des architectes ou encore des philosophes, beaucoup travaillent en ce moment sur ce projet de « ville solaire, écologique et connectée » explique Ondine Khayat, « un concentré d’Europe sur un même territoire où tout le monde pourra acheter ou louer des logements et où tous les européens, même ceux qui n’ont pas les moyens, pourront se retrouver ». Avec différentes villas, des hôtels et des appartements, Mediterrapolis pourra être une aventure de vie ou de vacances, selon les désirs de chacun. Mais une chose est sûre, tout se passera en Grèce. « La Grèce, au-delà du climat de la beauté du lieu, c’est le berceau de la civilisation, ils ont inventé la démocratie » explique-t-elle, une évidence pour les instigateurs de ce projet.

« Des résidents viendront de toute l’Europe, puis du reste du monde ».

Un amphithéâtre sera au coeur de cette cité du futur, comme le point d’orgue du rassemblement européen. Autour de cet anphithéâtre, « des pavillons étoiles qui seront les ambassades des 28 pays, ou plutôt des 27 » dit Ondine Khayat en référence au Royaume-Uni qui s’apprête à quitter le navire. On peut lire sur le site internet du projet : « Une université euro-méditerranéenne y trouvera sa place, de même qu’une immense salle de spectacle qui accueillera des concerts, des ballets, des rétrospectives, des cérémonies télévisées, ainsi que la remise des Méditerrapolis du cinéma, de la musique, des nouvelles technologies, de la mode, de la peinture… ». C’est comme un monde, dans le monde et un projet qui résonne tristement, au lendemain d’élections européennes qui ont vu la victoire de beaucoup de partis populistes et eurosceptiques notamment en France.

 

© Andreane Meslard