« Les membres de la diaspora sont les meilleurs ambassadeurs du Portugal à l’étranger », Eve Bantman, chercheuse

Eve Bantman est enseignante chercheuse à l’Université de Toulouse, anthropologue spécialiste des migrations. Venue observer lors du Salon du Tourisme et de l’Immobilier au Portugal, elle raconte ses recherches à Ariane Artinian, au micro de MySweetImmo.

S’il y a bien quelqu’un qu’on ne s’attendait pas à croiser là, c’est elle. Eve Bantman est chercheuse et enseignante à l’Université de Toulouse Jean-Jaurès, anthropologue et spécialiste des migrations. Si elle se promène dans les allées du Salon de l’Immobilier et du Tourisme au Portugal de la Porte de Versailles à Paris, c’est pour observer. « Observer dans le cadre d’une étude sur l’engagement diasporique, c’est à dire la manière dont le Portugal, la Chambre de Commerce franco-portugaise, engagent la diaspora portugaise mais aussi les immigrés français et développent leurs bonnes énergies pour développer le Portugal » résume la spécialiste.

Un rôle prépondérant de la diaspora

D’après Eve Bantman, certains acteurs de la diaspora ont initié le mouvement de re-dynamisation du pays. « On voit sur ce salon que tous ceux qui appartiennent à la diaspora portugaise, on sent ce désir de faire quelque chose pour le Portugal », détaille la chercheuse. Une envie profonde, réelle, animée par les différents acteurs qui eux aussi oeuvrent dans cette dynamique notamment le ministère du tourisme, ou encore la Chambre de Commerce franco-portugaise. Une diaspora très ancrée si l’on en croit les chiffres. Rien qu’en France, le nombre de portugais établit dans l’hexagone est d’environ 1,2 millions selon le consulat portugais. « Je sens cette diaspora de plus en plus engagée, explique Eve Bantman. Il y a une stratégie d’engagement de la diaspora et c’est quelque chose qui existe dans d’autres pays aussi, notamment en Irlande ».

Les meilleurs ambassadeurs

Pour cette spécialiste, c’est la meilleure campagne que peut espérer une nation, « ces gens ne sont pas payés pour faire la publicité du Portugal, ce sont des gens qui aiment naturellement leur pays ». Eve Bantman a également beaucoup travaillé sur le Canada, dont les communautés présentent à l’étranger sont de parfaits ambassadeurs. « Le Québec notamment cherche à faire venir des français au Canada et invite donc des canadiens francophones à se rendre en France pour recruter et ça marche très bien ! » résume-t’elle. La chercheuse est en pleine étude à ce sujet et elle recherche toujours des témoignages, à bon entendeur.

 

 

© Andreane Meslard