« Nous finançons les projets immobiliers es Espagne et au Portugal », Carlos de Freitas, CIC Iberbanco

Vous songez investir au Portugal mais ne savez pas par où commencer ? Carlos de Freitas et membre du directoire au CIC Iberbanco, il nous en dit plus au micro de MySweetImmo et d’Ariane Artinian.

Vous êtes l’homme qui financez les investisseurs français qui souhaitent s’installer au Portugal et en Espagne ?

Exactement ! Nous sommes le CIC Iberbanco, une entité du groupe Crédit Mutuel CIC, spécialiste dans l’accompagnement des projets en péninsule ibérique, donc Espagne et Portugal.

Alors comment fait-on pour préparer un projet ? On le finance depuis la France ?

Les français ont la possibilité de le faire au sein d’une banque portugaise, mais nous nous facilitons la vie de nos clients et leur permettons de tout faire depuis la France. Au travers de différentes solutions, un prêt se fait comme si on le faisait pour un bien en France. On regarde les prospects via l’une de nos agences, on prend rendez-vous et ensuite on regarde les conditions de taux, la garantie que l’on prend, les conditions d’assurance emprunter. A partir de là, avec le client on construit un projet, une étude, pour que l’on puisse l’accompagner dans son projet au Portugal.

Quelle est la spécificité de l’accompagnement juridique de ce que vous proposez ?

Premièrement nous avons l’expérience. Ça fait maintenant plus de dix ans que l’on accompagne des projets au Portugal et en Espagne, on parle le portugais et l’espagnol. Donc cela facilite la lecture des documents juridiques, des compromis de vente, on facilite la vie du client qui ne les maîtrise pas forcément. Ensuite, on propose aussi une garantie hypothécaire sur le bien au Portugal. Ça aussi c’est une spécificité par rapport à d’autres banques françaises. Nous sommes les seuls en France à proposer la garantie hypothécaire sur les biens en Espagne et au Portugal.

Concrètement qu’est ce que ça apporte ?

Par exemple, un jeune qui n’est pas propriétaire en France et qui ne peut pas donner son bien immobilier en garantie, qui n’a pas la possibilité d’avoir la caution d’un organisme de caution français, ne pourra pas acheter au Portugal. Donc la garantie hypothécaire sur le bien financé permet à des non-propriétaires de pouvoir réaliser leur projet. De la même manière, un français ne souhaite pas forcément donner en garantie un bien qu’il a en France, il préfère que ce soit fait sur le bien qui est financé.

Combien ça coûte d’emprunter pour pouvoir financer un projet à l’étranger ?

Les conditions de taux, tout cela dépendra de la durée, du profil du client…

En moyenne ?

On est sur des taux similaires aux dossiers de prêts qu’on réalise pour des biens en France. Sur 20 ans ça va tourner entre 1,2 et 1,7% hors assurance.

Est-ce que vous avez trois conseils à donner à un investisseur qui veut acheter au Portugal ou en Espagne ?

  1. Faire appel à un interlocuteur bancaire et assurance qui connaisse le sujet. En effet, le meilleur des conseils c’est d’être bien accompagné.
  2. Un des premiers conseils que l’on donne à nos clients ou nos prospects, c’est la rédaction du compromis de vente. Mettre en place une clause suspensive dans le cadre de ce compromis d’achat. En effet, les règles ne sont pas les mêmes en France, au Portugal ou en Espagne. C’est très encadré en France, c’est moins encadré au Portugal. Donc une clause suspensive me paraît être important à conseiller à un investisseur en Espagne ou au Portugal.
  3. Un troisième conseil ce serait certainement de pouvoir faire appel à une société d’expertise indépendante. Mais ça aussi c’est un service que nous proposons à nos clients.

Pour finir, quel est le montant moyen des crédits que vous allouez ?

Ça tourne autour de 150 à 200 000 euros environ, et les durées c’est autour de 15 ans.

© Andreane Meslard