A Saint-Raphaël, l’immobilier repart grâce aux jeunes retraités

immobilier saint-raphael__mysweetimmo

A Saint-Raphaël, surnommée aussi la ville sur la mer, l’immobilier repart à la hausse. Notamment grâce aux jeunes retraités originaires d’autres régions de France à la recherche d’une résidence principale et surtout d’un bien clé en main.

La ville de Saint-Raphaël dans le Var, surnommée aussi « la ville sur la mer », bénéficie d’un cadre de vie idyllique. Sa station balnéaire comprenant de nombreux ports et de belles plages de sables fait le bonheur des vacanciers comme des résidents.

Après une période d’accalmie, le marché de la transaction immobilière sur la ville repart légèrement à la hausse. « Le marché est à nouveau dynamique, les taux d’intérêts très bas des prêts immobiliers actuels motivent les futurs acquéreurs à sauter le pas de l’accession immobilière», indique Fabrice Cardona, conseiller Optimhome, réseau immobilier composé de 1 437 conseillers en immobilier indépendants en France, au Portugal et en Allemagne.

Une demande concentrée sur le centre-ville et le littoral

Ces derniers mois, la ville de Saint-Raphaël fait face à une légère hausse du volume de transactions même si cela reste inférieur à la moyenne de l’année dernière sur la même période. Les prix eux, restent majoritairement stables, une hausse est toutefois observée dans les quartiers résidentiels les plus recherchés.

Le quartier de Valescure apprécié pour son calme et son environnement verdoyant grâce à ses nombreux golfs, est toujours très demandé. Tout comme celui de Boulouris, connu pour sa localisation proche de la mer où il est possible de s’y rendre à pied. Enfin, le centre-ville ne cesse de s’attirer les faveurs des retraités qui apprécient particulièrement la proximité des nombreux commerces. Pour ces trois quartiers, les prix sont assez similaires. Il faut compter un budget moyen de 350 000 € pour un appartement 3 pièces et de 650 000 € pour une villa. Pour trouver des biens plus abordables, ce sont les quartiers du Petit Défends, le Peyron ou encore les Luquettes qu’il faudra privilégier. Cela s’explique par la proportion importante d’immobilier ancien. Pour un appartement de trois pièces à rafraîchir (+ /- 60 m²) en étage sans ascenseur, il faudra débourser 135 000 € environ.

Armitelle : un quartier en plein essor

Situé entre le massif de l’Estérel, la mer et le centre-ville, le quartier de l’Armitelle opère depuis peu une métamorphose. De nombreux logements neufs ont été récemment construits ou vont l’être. Il s’agit souvent de résidences proposant plusieurs petites villas individuelles à la vente. « Ces nouvelles constructions répondent aux nouvelles attentes des acquéreurs qui préfèrent les villas, au calme, proche des commerces et des transports en communs, ne nécessitant que peu de travaux de rénovation», précise le conseiller Optimhome à Saint-Raphaël.

Des retraités au premier plan

Les acheteurs sont, pour la majorité, de jeunes retraités venant d’autres régions de France, en recherche d’une résidence principale et souhaitant profiter de leurs nouvelles vies dans un cadre paisible au soleil. Possédant souvent un apport dû à la vente de leur résidence principale, ces acheteurs n’ont donc pas de réels problèmes de financement. La plus grande difficulté rencontrée étant souvent de trouver des biens à la vente, l’offre étant assez rare.

« La nécessité de réaliser des travaux de rénovation peut être un frein pour ce public, complète Fabrice Cardona. Les retraités sont souvent pressés et veulent du « clef en main », ils sont donc peu enclins à réaliser de nombreux réaménagements.»

Un point de vigilance : le droit de préemption urbain renforcé

« Le délai d’acquisition des biens est souvent perçu comme trop long sur la commune, conclut le conseiller Optimhome. Cela est notamment dû au droit de préemption qui est renforcé à Saint-Raphaël. C’est un point important à ne pas négliger lors de l’achat ou la vente d’un bien.»

© SweetRédaction