Crédit immobilier : Une belle rentrée pour les emprunteurs !

Après un mois d’août relativement calme, les taux affichés sont à nouveau à la baisse quels que soient les durées et les profils. C’est le moment d’emprunter selon l’analyse du courtier Meilleurtaux.

 « Sur les taux moyens, nous observons des baisses comprises entre -0,05 et -0,10% selon les durées, explique Maël Bernier, directrice de la communication de Meilleurtaux.com. Et sur les meilleurs dossiers, les baisses sont absolument exceptionnelles puisque comprises entre 0,15% et 0,30% selon les durées, les plus fortes diminutions s’observant sur le 20 et le 25 ans, soit sur les périodes de prêt les plus fréquemment souscrites.»  Ainsi les taux moyens affichés se situent à 1,22% sur 15 ans, 1,27% sur 20 ans et 1,52% sur 25 ans ; pour les dossiers excellents, cela descend, pour les taux affichés, avant même les décotes à 0,56% sur 15 ans, 0,68% sur 20 ans et 0,85% sur 25 ans.

Ça baisse toujours

« Les mots finiraient par nous manquer à la lecture des taux affichés par nos partenaires bancaires et les décotes pratiquées, en plus, sur les dossiers financés. Les banques battent en effet leurs propres records de mois en mois et de semaine en semaine », observe Maël Bernier.

Des taux directeurs négatifs

Depuis plusieurs semaines maintenant, les taux directeurs sont entrés en territoire négatif, c’est-à-dire que les OAT qui servent de référence aux taux des crédits aux particuliers se situent sous la barre des 0% autour de – 0,40%. Dans ce contexte, les taux des crédits immobiliers ne peuvent que se maintenir à des taux plus que bas.

« Le taux à 1% pourrait devenir la norme »

Dans les prochaines semaines, les barèmes des banques pourraient à nouveau enregistrer quelques ajustements baissiers, la Banque Centrale Européenne ayant annoncé qu’elle allait très prochainement réinjecter des liquidités, conclut Maël Bernier. En d’autres termes, elle va favoriser l’accès à de l’argent pas cher. Parmi les bénéficiaires, les banques françaises qui vont par ce biais être encouragées à prêter encore, et toujours à des taux plus bas, le crédit étant un formidable vecteur de croissance dans la zone euro et donc en France. Notre prévision est la suivante « le taux à 1% pourrait devenir la norme dans les semaines qui viennent.»

© SweetRédaction