Michel Platero : « Il faut investir à proximité de nouvelles gares du Grand Paris »

Conversation de Salon entre Michel Platero, président de la FNAIM Ile-de-France Grand Paris et Ariane Artinian, au Salon de l’Immobilier et de l’Investissement.

Fiscalité immobilière, investissement immobilier, Grand Paris, fiançailles avec l’UNIS Ile-de-France, Michel Platero passe l’actualité en revue au micro d’Ariane Artinian :

  • Un important besoin en logement en Île-de-France. Dans un marché qui se porte relativement bien, « depuis des dizaines d’années, il y a plus de 60 000 personnes qui arrivent en Ile-de-France, tous les campings de la grande-couronne sont pleins à craquer et on ne construit pas assez », c’est le constat dressé par Michel Platero.
  • Des ajustements à faire pour augmenter le nombre de logements. Selon le président de la FNAIM Île-de-France, une seule chose à faire : enlever l’IFI (impôt sur la fortune immobilière ndlr.) pour les logements mis en location, apaiser les impôts sur les revenus locatifs qui selon Michel Platero « est l’impôt le plus élevé de la planète (…) et c’est pour ça qu’il y a autant de logements vides sur Paris » et simplifier la fiscalité.
  • Des logements qui manquent face à une population qui s’agrandit. « En 1959 nous étions 2 milliards et demi sur la planète, en ce moment nous sommes 7 milliards 300 millions et en 2025 nous serons 8 milliards 100 et en 2100 nous seront entre 10 et 12 milliards » raconte Michel Platero, « donc il y a de l’avenir dans l’immobilier ».
  • Investir pas loin des gares du Grand Paris. Si votre désir est d’acheter il faut investir sur un crédit long indique Michel Platero, « à moins de trente minutes de votre travail ». Et le plus important c’est de se mettre à proximité d’une gare en construction du Grand Paris. « C’est un vrai calcul » ajoute le président de la FNAIM Île-de-France Grand Paris, « tout ce qui est Paris, première ceinture, vous pouvez investir sans inquiétude, et ensuite la grande ceinture ». 
  • Un rapprochement avec l’UNIS Île-de-France ? « Nous n’en avons pas encore discuté, mais ce n’est pas pour cela que je suis contre cette idée » explique Michel Platero. Benjamin Darmouni, le président de l’UNIS Île-de-France avait indiqué vouloir unir les professionnels de la zone pour parler d’une seule voix aux pouvoirs publics. « Nos présidents discutent depuis plusieurs mois, mais pour le moment aucune décision n’a été prise » ajoute le président de la FNAIM Île-de-France Grand Paris, « pour le moment ces fiançailles sont de toute façon reportées à l’élection du nouveau président national de l’UNIS ».

 

© Andreane Meslard