Investissement immobilier : Paris détrône Lisbonne au classement des villes les plus attractives

Paris La Défense
© mysweetimmo/adobestock

Malgré un contexte politique et économique marqué par des vents contraires, les investissements dans le secteur de l’immobilier en Europe devraient rester attractifs en 2020 selon la 17e édition de l’Emerging Trends in Real Estate® Europe réalisée par PwC et l’Urban Land Institute*.

Paris bénéficie de la dynamique des grands projets : JO 2024 et Grand Paris

La capitale française arrive cette année en tête du classement des villes européennes les plus attractives pour les professionnels de l’immobilier. Paris passe ainsi de la 10e place à la première place, portée par de grands projets immobiliers (les Jeux Olympiques de 2024 et le Grand Paris), ainsi que par sa situation géopolitique proximité avec Londres et une situation centrale en Europe.

Lyon seconde ville française préférée des investisseurs

Lyon passe de la 16e place en 2018 à la 26e place. Malgré un recul de 10 places, elle est la deuxième ville française préférée des investisseurs, séduits par la stabilité de son marché immobilier et par sa position stratégique pour la logistique (nombreux entrepôts autour de Lyon). Ces qualités renforcent le dynamisme de la ville, qui voit de nombreuses entreprises y installer leur siège social.

Berlin et Francfort truste les 2ème et 3ème place, et Londres la 4ème

Par ailleurs, les investisseurs sont confiants vis-à-vis de l’économie allemande puisque toutes les villes allemandes présentes dans l’étude figurent dans le top dix : Berlin, Francfort, Munich et Hambourg.  Outre-Manche, malgré un climat d’incertitude lié au Brexit, Londres fait son entrée dans le Top 10 des villes les plus attractives, en se hissant en quatrième position cette année.

La France plus attractive que le Royaume Uni ou l’Allemagne

« Malgré les mouvements sociaux, les investisseurs européens estiment la France plus stable et plus attractive que le Royaume-Uni ou l’Allemagne. En France, Paris et Lyon conservent de bonnes places au classement, mais ce dernier reste soumis à de fortes évolutions d’une année sur l’autre. Si la progression de la capitale augure un regain de son attractivité, Paris doit continuer à engager des politiques ambitieuses pour faire de l’immobilier un secteur engageant au niveau européen», affirme Bruno Lunghi, Associé avocat chez PwC Société d’Avocats, Responsable France de l’industrie Real Estate.

Les risques environnementaux inquiètent les investisseurs

Les résultats de l’étude révèlent que les acteurs de l’immobilier adoptent une approche prudente et déploient leurs capitaux dans des villes aux marchés stables et liquides.  L’immobilier conserve les faveurs des investisseurs, surtout par rapport aux autres classes d’actifs, grâce à des taux d’intérêt qui devraient rester bas et des rendements obligataires négatifs dans de nombreux pays européens. Selon l’étude, les autres secteurs de l’immobilier devraient bénéficier d’un afflux massif de capitaux et de financements.

Les investisseurs émettent toutefois des réserves conjoncturelles et environnementales cette année. En effet, l’instabilité politique est une préoccupation grandissante au niveau international (81 % des répondants) et européen (70 %). Près de 60 % des répondants se disent également préoccupés par les politiques nationales, soit +14 points par rapport à l’année dernière.

Les enjeux climatiques au cœur des préoccupations des investisseurs

Enfin, plus des deux tiers (67%) des acteurs interrogés ont cité les conséquences des problèmes environnementaux comme principal critère impactant le marché immobilier dans les prochaines années. Les risques climatiques ont fait l’objet d’une prise de conscience accrue puisque près de la moitié des répondants (48%) ont déclaré que ces risques, directement en lien avec leur portefeuille, avaient augmenté.  73 % d’entre eux s’attendent à ce que ces risques subissent une hausse significative au cours des cinq prochaines années.
« Les enjeux climatiques sont définitivement au cœur des préoccupations des investisseurs, comme en témoigne la prise en considération exponentielle des critères ESG dans leur stratégie. Cette démarche d’investissement socialement responsable s’accompagne d’une mutation des villes et de leurs logiques territoriales, à l’instar de grands projets d’aménagement urbain comme celui du Grand Paris Express, qui apportent de la valeur aux territoires, et donc, aux actifs immobiliers qui y sont implantés», analyse Nathalie Charles, Présidente de ULI France et Global Head of Investment Management de BNP Paribas Real Estate.

La logistique, l’immobilier résidentiel et la mobilité urbaine, atouts gagnants pour les investisseurs

Comme l’an passé, la logistique est à nouveau en tête du classement des secteurs alternatifs immobiliers que les investisseurs européens considèrent comme les plus rentables, notamment grâce à la croissance continue du commerce en ligne.
L’immobilier résidentiel attire également toujours les investisseurs, avec des usages en pleine mutation : maisons de retraite ou de repos médicalisées, co-living, logements pour étudiants ou pour jeunes actifs. Si ce secteur présente des défis complexes d’un point de vue opérationnel pour les professionnels de l’immobilier, il apporte un intérêt économique croissant et de multiples opportunités au vu de l’évolution de la démographie urbaine.
Enfin, les enjeux relatifs à la mobilité urbaine émergent comme des indicateurs clés dans l’attractivité d’une ville. La grande majorité des répondants (80%) affirme que les évolutions positives de la mobilité et des infrastructures contribuent à leur prise de décision d’investir.
« La bonne gestion des mobilités intelligentes est un levier essentiel au développement et à la croissance des métropoles. Le covoiturage, les véhicules autonomes et les vélos électriques sont autant de nouvelles solutions qui influencent les investisseurs et les promoteurs immobiliers au regard des bâtiments et des quartiers qu’ils considèrent comme les plus profitables », conclut Bruno Lunghi.

* Cette étude, menée auprès de plus de 900 professionnels[1] de l’immobilier, donne un panorama des tendances du marché immobilier européen pour les années à venir.

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !