Covid-19 : « Profiter du confinement pour faire ce qu’on n’a pas le temps de faire en temps normal », Roland Tripard, iad

Roland Tripard, président du directoire d’IAD France évoque la crise sanitaire du coronavirus au micro d’Ariane Artinian.

Quelle conséquence peut avoir le confinement sur le secteur ? Comment les grands groupes s’adaptent à cette période difficile ? Roland Tripard évoque l’impact de la crise du coronavirus pour son réseau de mandataire au micro de MySweetimmo.  Adaptation du réseau de mandataire iad à la crise du coronavirus et au confinement, mise en place de formation, aides gouvernementales, impact de la crise, situation en Italie… tels sont les points abordés au cours de l’interview. Extraits choisis.

Le confinement

« Nous avons conseillé au réseau de résonner en 4 temps. Ils ont été extraordinaires ! Le premier temps était celui de leur santé et celle de leur proche. Nous nous sommes d’abord concentrés sur la protection de chacun et la communication autour des mesures de confinement prises par le Gouvernement. Deuxième temps : celui de la sécurisation de son business. Tout ce qui peut être fait pour que les micro-entreprises de chacun de nos conseillers puisse être protégées et sauvegardées. Ensuite vient le troisième temps, celui de la formation, du développement et du coaching. Puis viendra le quatrième temps, celui de la préparation du redémarrage et les actions à mettre en place pour relancer son activité. »

La formation

« Profitons de ce temps de confinement pour consacrer du temps à la formation. Chez iad, on a vu une unité et une solidarité exceptionnelles. Par exemple, en moins de 2 jours, un groupe Facebook « iad se forme » s’est créé et sur lequel nous venons de passer les 7000 abonnés ! On y trouve des capsules vidéos enregistrées par des conseillers et managers du réseau. Des vidéos portant sur des sujets qui leur semblaient importants, sur des techniques utilisées, des méthodes, des enseignements… » »

Et dans le même temps, au siège, nous avons tout fait pour développer cet esprit de réseau, de famille et de partage. Nous avons mis en place plusieurs rendez-vous quotidiens en visioconférence : le matin, « Good Morning iad » animé par le patron de iad France, Olivier Descamps. Il s’agit d’une sorte de brieffing collectif. Et tous les jours, à 14h30, un autre rendez-vous : « iad Business Meeting ». Il s’agit d’une session d’environ 1h, avec un focus sur un point de formation, avec un spécialiste et quelques fois illustrée d’un exemple terrain. »

Les mesures d’aides

« Dans un contexte comme celui-là, la première priorité pour les conseillers du réseau (et en particulier les 2200 conseillers qui ont rejoint iad depuis 1 an), c’est la trésorerie. Mais le problème, par exemple avec l’aide de 1500€, c’est qu’elle est soumise à une justification d’une baisse de chiffre d’affaire de plus de 70% par rapport à la période précédente. Or, dans le monde de l’immobilier, cela ne se passe pas du tout comme ça. Donc tout n’est pas évident. C’est pourquoi nous accompagnons tous nos conseillers durant cette période, en les guidant et en les conseillant. »

La durée du confinement

« Notre principale inquiétude porte sur la durée du confinement. Les conséquences d’une fin de confinement le 4 mai ne seraient pas du tout les mêmes que si le confinement était encore rallongé d’un mois. Chaque semaine supplémentaire peut être très difficile à vivre pour un conseiller. »

L’impact de la crise

« L’impact a été immédiat. La plupart des activités sont désormais impossibles : visites, déménagements, accueil en agence… Il reste un tout petit peu de business, sur des dossiers particuliers et déjà avancés. Par ailleurs, nous sommes en attente forte sur la possibilité d’alléger les règles autour de la procuration. Permettre aux notaires d’organiser des signatures à distance dans des conditions simples et accessibles. Cela aiderait beaucoup nos conseillers, afin de faire passer une partie des 10.000 compromis qu’on a en stock mais qui ne sont pas encore transformés en actes. Cela permettrait de fournir un peu de trésorerie à nos conseillers. »

En Italie

« Nous partageons énormément avec nos équipes italiennes. Ils ont 2 semaines d’avance sur nous. Ils ont donc très tôt (et avant nous) mis en place des rendez-vous en visio-conférence quotidiens. En revanche, il n’y a pas grand chose à apprendre sur la situation tant qu’ils ne seront pas sortis de confinement. »

 

© mysweetimmo