« Nous lançons un appel aux élus pour apporter accroitre l’offre de logement à prix abordable », Pierre Vital, ID&AL groupe

Pierre Vital, co-fondateur associé d’IDéAL groupe, revient sur son appel pour le « logement abordable ».

Mon Podcast Immo s’intéresse aujourd’hui au logement à prix abordable ? De quoi s’agit-il exactement ? Est-ce possible ? Comment faire ? Dans un livre blanc, ID&AL groupe appelle les collectivités à opter conjointement pour le logement à prix abordable. Pierre Vital, co-fondateur associé d’IDéAL groupe, a répondu aux questions d’Alexis Thiebaut.

Un appel aux élus territoriaux à accroitre l’offre de logement à prix abordable

Nous lançons cet appel parce que nous travaillons déjà beaucoup avec les collectivités, avec le territoire depuis toujours. On a toujours fabriqué de la ville en s’intéressant non seulement aux terrains, mais aussi à son environnement et aux problématiques locales. Et il y a un an et demi, on a lancé une cellule « grands projets » qui a vocation à travailler sur des sujets en secteur aménagé, des sujets complexes… Et on sent une vraie demande de la part des élus et des aménageurs sur le logement abordable.

Les solutions qui sont apportées aujourd’hui sont des solutions qui s’apparentent plutôt au logement social, qui touche une clientèle bien précise avec des plafonds de ressources. Or, nous pensons qu’un acteur privé idéal doit apporter une solution pour la population qui ne rentre pas dans ces critères et qui, pour autant, n’a pas envie de rester locataire.

Qu’est-ce qu’un logement à prix abordable ?

Il faut casser le stéréotype du logement abordable qui est annoncé comme un logement pas cher. Pour nous, le logement abordable n’est pas qu’une question de prix au mètre carré. Il faut travailler sur toutes les strates. Un logement abordable, c’est un logement qui peut être acheter en démembrement (dans lequel on peut enlever une partie de son coût, qui est lié au foncier par le portage d’un office foncier solidaire), mais c’est également se poser la question « qu’est-ce que j’ai envie d’acheter réellement comme surface ? Et de quelle surface j’ai réellement besoin pour mon activité au quotidien ? Qu’est-ce que je peux en sacrifice mettre en commun ? Est-ce qu’au lieu d’acheter un T4, parce que je reçois de temps en temps mes beaux-parents, je ne peux pas acheter un logement plus petit, un T3, en me disant que j’ai une chambre d’hôtes dans la copropriété ? ».

Donc, une des solutions, c’est de repenser le logement même et comment je vais l’utiliser dans mon quotidien. N’acheter que l’essentiel, que ce dont j’ai besoin. Le logement le plus adapté à ce que l’on est. Cette notion d’adaptabilité, d’acheter le bon produit pour la bonne personne. Et cela ne concerne pas que son logement mais aussi la copropriété.

On appelle à réfléchir sur trois aspects : d’abord, l’aspect de la détention foncière. Aujourd’hui le foncier très cher partout et surtout dans les grandes villes. Comment faire du foncier moins cher ? Selon nous, cela passe le démembrement de propriété. Le deuxième volet : acheter ce dont on a besoin. Là-dessus, il y a plein de réflexions. Par exemple, dans le coût du bâtiment, il y a tout ce qui est « infrastructure », comme le parking. Est-ce qu’on ne peut pas, dans certains PLU, où il y a des transports en commun ne pas vendre parking ou d’avoir de l’autopartage au sein de la copropriété ? Enfin, il y a toute une réflexion à avoir sur la façon de toucher le client, sans intermédiaire, et ainsi diminuer le coût de distribution du produit.

Je résume : toucher plus vite le client, lui apporter une solution la plus adaptée et lui proposer de nouvelles formes d’accès à la propriété. La notion du logement abordable n’est pas un prix au mètre carré et la solution du logement abordable va varier en fonction du territoire.

Qu’attendez-vous concrètement de cet appel ?

Cette envie de devenir propriétaire existait avant le confinement et est exacerbée aujourd’hui. Le pouvoir d’achat va potentiellement baisser. Donc, aujourd’hui, on ne peut pas attendre de la production des promoteurs privés une réponse au logement abordable. Il faut que l’on se mette autour de la table et qu’on construise avec les collectivités, avec les aménageurs, des solutions plus ambitieuses que ce qui est aujourd’hui inscrit dans les PLU.

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !