« Nous voulons recruter 1300 conseillers d’ici la fin de l’année », Philippe Buyens, Capifrance

Capifrance a beaucoup recruter pendant le confinement et lance une grande campagne de recrutement jusqu’à la fin de l’année. Son directeur général, Philippe Buyens, est l’invité de Mon Podcast Immo.

Mon Podcast Immo vous parle recrutement aujourd’hui. La crise du Covid-19 a bousculé le secteur de l’immobilier… et pourtant, certains groupes recrutent massivement. C’est le cas de Capifrance. Philippe Buyens, le directeur général de Capifrance, évoque cette intense campagne de recrutement au micro d’Alexis Thiebaut.

Capifrance, en quelques mots

Nous avons été le premier réseau en France, il y a maintenant 18 ans, à considérer que le web allait modifier considérablement le comportement des consommateurs dans l’immobilier. Nous avons été le premier réseau à faire du web notre unique vitrine, premier réseau à être à 100% en home-office et composé de conseillers immobiliers indépendants.

Par ailleurs, nous avons une approche globale de ce métier dans un marché français qui est très segmenté. Aujourd’hui, nous avons plus de 2650 conseillers.

Avant de parler recrutement, comment avez-vous traversé le confinement et la crise du Covid 19 ?

Nous l’avons traversé un peu comme tous les acteurs de l’immobilier.  Personne ne s’était préparé à vivre cette période de confinement. La différence par rapport à d’autres acteurs c’est que Capifrance est 100% home-office, donc déjà entièrement en télétravail. Donc au niveau logistique, nos conseillers étaient déjà organisés.

Par ailleurs, comme nous avons un fonctionnement « phy-gital », nous avions déjà beaucoup d’outils qui nous ont permis de garder le contact avec nos clients : estimation en ligne, mandat électronique, signature électronique…   Nous avons donc eu un flux d’activité durant cette période.

Pour certains acteurs du marché, le processus de recrutement n’a pas stoppé durant cette période… c’est le cas de Capifrance, vous avez recruté pendant le confinement ?

En effet, nous l’avons poursuivi mais avec des modalités différentes. En général, nous privilégions le contact direct.  Nous organisions, jusqu’à mi-mars, chaque mois, une quarantaine de réunions partout en France.  Ces réunions physiques étant devenues impossibles, nous les avons transformées en webinaire-live pour présenter notre concept. Nous avons constaté un nombre très élevé de participants. Nous avons eu un volume de candidat très importants. Nos outils de communication nous ont permis de réduire les délais pour recruter ces candidats.

Et vous allez continuer et amplifier ce recrutement dans les prochaines semaines et d’ici la fin de l’année ?

Nous avions pour objectif 2020 de recruter plus de 1000 nouveaux conseillés. Depuis le confinement, ces objectifs ont été revus à la hausse de 20%. En effet, nous constatons un regain d’intérêt pour ce métier et pour notre modèle. On termine le mois de juin à 650 recrutements depuis le début d’année.

Qu’est-ce qui attire les candidats ?

Il y a plusieurs profils et donc plusieurs motivations. D’abord, nous avons une recrudescence de professionnels. D’habitude, ils représentaient 30-35% des nouveaux conseillés. Là nous sommes plutôt sur 40-45%. Des conseillers qui étaient en agence traditionnel et qui, avec le confinement, se sont rendus compte qu’ils pouvaient travailler de chez eux sans perdre le contact avec le client. Ils ont vu qu’il était possible de continuer de travailler sans avoir une agence physique.

Nous avons aussi des professionnels dont l’agence ou le réseau est en difficulté à cause de la crise.

Enfin, nous avons aussi des reconversions professionnelles avec notamment des profils de personnes qui ont envie de pouvoir conjuguer leur vie pro et personnelle. Et nous avons aussi plus de personnes qui veulent travailler en double activité. Probablement parce que leur activité principale a été affecté par cette crise. Et c’est vrai que c’est un métier qu’on peut pratiquer à mi-temps, avec des ambitions plus raisonnables.

Pour postuler : recrutement.capifrance.fr

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !