« Notre nouvelle image a permis d’attirer une nouvelle clientèle, de nouveaux consultants et de nouveaux dirigeants de bureaux », Hugo Baillet, Coldwell Banker

Il y a 1 an, Coldwell Banker France & Monaco lançait son rebranding mondial. Quel bilan l’entreprise fait-elle aujourd’hui ? Quels sont ses projets ? Hugo Baillet, Directeur marketing et communication nous répond.

Coldwell Banker France & Monaco lançait il y a 1 an son rebranding mondial. Depuis, le réseaux a traversé la crise de la Covid-19. Quel bilan l’entreprise fait-elle aujourd’hui ? Quels sont ses projets ? Hugo Baillet, Directeur marketing et communication de Coldwell Banker France et Monaco, répond aux questions de Mon Podcast Immo.

Il y a un an, Coldwell Banker lançait son rebranding mondial avec un changement de logo. Quel était l’objectif ?

L’objectif pour Coldwell Banker, qui a plus de 100 ans aujourd’hui, c’était de redynamiser son image. Sur le marché de l’immobilier de prestige et de l’immobilier de luxe, on est dans un contexte où l’on a de plus en plus de trentenaires qui arrivent. Il fallait qu’on s’adapte à cette nouvelle cible. On a donc opéré ce branding et au delà du changement de logo, une réinvention de l’image de la marque.

Vous êtes une marque américaine, positionnée sur l’immobilier de luxe. Votre communication est-elle la même dans tous les pays du groupe ?

Non. Nous avons, en France, une spécificité sur le luxe. Le luxe est tellement dans l’ADN français. Les plus grandes marques de luxe mondiales sont françaises. Et l’image de luxe n’est forcément pas la même que l’on soit à Paris, Cannes, Monaco ou à New-York. On a donc créé des spécificités et adapté l’ensemble de notre image au marché français. Forcément, quand on communique depuis la France vers l’international, on va jouer sur les codes du luxe et de l’image française : la Tour Eiffel, la Côte d’Azur, la montagne, tous ces paysages… On a la chance d’avoir un territoire extrêmement attractif, notamment pour des étrangers.

Il y a un an vous avez lancé votre branding. Un an après, quel bilan vous tirez de cette nouvelle stratégie ?

On voit que le développement de notre réseau aujourd’hui sur le marché français, en nombre de bureaux, en nombre de clients, en audience sur notre site Internet ou sur nos réseaux sociaux, tout a explosé ! On observe aussi un rajeunissement de nos équipes.  On voit que cette nouvelle image a permis d’attirer une nouvelle clientèle, des nouveaux consultants, des nouveaux dirigeants de bureaux qui sont franchisés… Donc, c’est une vraie réussite et ce n’est pas fini puisqu’on on a encore plein d’autres projets pour la rentrée.

Chez Coldwell Banker, comme tout le monde, vous n’avez pas échappé à la crise de la Covid. Avez-vous dû revoir votre communication, votre stratégie, à l’occasion de cette crise ?

On a forcément dû s’adapter à un contexte où l’on pouvait moins se déplacer, moins se réunir. Donc, on a développé des nouveaux outils à l’échelle mondiale. Coldwell Banker généralise les visites 360°. On a des exemples, depuis depuis le mois de mai, de ventes avec des clients étrangers via des visites  360°, sans se déplacer, avec des Facetime de visite de quartier, etc. C’est efficace. On a digitalisé beaucoup de choses, justement pour pouvoir faciliter et s’adapter à ce nouveau contexte.

Par exemple, on s’est dit que donner une carte de visite à un client, ce serait peut-être moins facile, moins pratique, on aurait peut être peur. Donc nous avons numérisé toutes les cartes de visite avec une application. Maintenant, il suffit d’envoyer la carte de visite par message, par SMS ou par WhatsApp. Coldwell Banker a toujours innové. On est la première marque à avoir eu un site internet, la première marque avoir une chaîne YouTube, donc on sait innover et s’adapter aux situations difficiles.

MySweet’Immo · Mon Podcast Immo – Hugo Baillet – Coldwell Banker France & Monaco
Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !