Premier trimestre record pour les ventes d’appartements parisiens des beaux quartiers

Charles Marie Jottras
© adobestock

La pierre parisienne, particulièrement lorsqu’elle est de grande qualité, démontre une fois de plus sa résilience en période de crise. L’analyse du président du groupe Daniel Féau, Charles-Marie Jottras.

Records historiques de chiffres d’affaires pour les biens de plus de 2,5 millions

En ce début d’année 2021, le dynamisme exceptionnel du marché des biens au-delà de 2,5 M€ a permis à nos agences de battre tous leurs records historiques de chiffres d’affaires pour un premier trimestre.

En effet, le montant cumulé de nos ventes d’hôtels particuliers et d’appartements parisiens au-delà de 2,5 M€ est en progression de … 74% par rapport à la moyenne des premiers trimestres des trois dernières années.

La clientèle française au rendez-vous

Il nous paraît intéressant de souligner que cette progression s’est effectuée en l’absence, notamment, des américains qui constituent traditionnellement le premier contingent d’acquéreurs étrangers dans nos agences. Même si la clientèle du Moyen-Orient, notamment libanaise, a été présente, c’est pour l’essentiel la clientèle française qui s’est substituée − et bien au-delà − aux acquéreurs internationaux sur ce segment de l’immobilier de luxe.

Les tensions se réduisent pour les biens compris entre 1 et 2,5 millions

Les ventes d’appartements familiaux d’une valeur comprise entre 1 et 2,5 M€ ont, pour leur part, fait l’objet d’une progression beaucoup plus modeste, de l’ordre 5%, toujours par rapport à la moyenne des premiers trimestres des trois dernières années. Concernant ces biens familiaux, les tensions habituelles liées au déficit d’offre, notamment entre 1 et 1,5 M€ pour les appartements de 3 chambres, se sont légèrement réduites pour la première fois depuis plusieurs années ; alors que c’est ce type d’appartement qui fait traditionnellement l’objet du plus grand déséquilibre entre une offre parcimonieuse et une demande très soutenue.

Les plus fortes progressions ? Dans le 6ème et le 16ème arrondissement

Si la plupart des quartiers où sont implantées nos agences ont connu une évolution largement positive, ce sont les 6ème et 16ème arrondissements qui ont connu les plus fortes progressions. À l’ouest de la capitale, l’agence de Neuilly a doublé son chiffre d’affaires et notre nouvelle agence de Versailles a confirmé son envol. En Provence, le marché est, lui aussi, très dynamique.

La pierre, valeur refuge, valeur de jouissance

Cette progression très forte des ventes de biens immobiliers de luxe s’explique par :

l’attrait de la pierre − valeur refuge : à la conscience qu’ont les acquéreurs du caractère figé du parc parisien (on ne construit plus dans les beaux quartiers de Paris) et de son caractère structurel de marché de pénurie vient s’ajouter la faible attractivité des actifs concurrents ; multiples élevés sur le marché des actions et faible attractivité des produits de taux.

• l’attrait de la pierre – valeur de jouissance quotidienne : de nombreux acquéreurs souhaitent changer d’appartement afin de bénéficier de surfaces extérieures − terrasses, jardins − et/ou d’éléments de confort supplémentaires. Les confinements successifs ont très clairement modifié la manière dont nous appréhendons notre cadre de vie quotidien et nos exigences à son égard.

La pierre parisienne, particulièrement lorsqu’elle est de grande qualité, démontre une fois de plus sa résilience en période de crise.

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !