Immobilier : 1 particulier sur 2 vend son bien pour financer un nouvel achat

© adobestock

Face à la frilosité des organismes de crédit et à l’incertitude liée à la crise sanitaire, les acquéreurs-vendeurs délaissent le prêt relais se tournent vers de nouvelles solutions de financement immobilier. 50% des demandes de vente sur homeloop visent à financer une nouvelle acquisition !

Entre janvier 2020 et mars 2021, homeloop, start-up pionnière en France sur le segment de la transaction immobilière instantanée, service par lequel elle se porte directement acquéreur de biens sous 24 à 48 heures, a ainsi enregistré une forte augmentation des demandes de ventes destinées à financer l’achat d’un nouveau bien. Sur les 6 derniers mois, ils étaient même 1 particulier sur 2 à s’inscrire dans une démarche d’achat-revente sur la plateforme.

1 vente sur 2 destinée à l’achat d’un nouveau bien immobilier

Durcissement des conditions d’accès aux crédits, plafonnement du taux d’endettement des emprunteurs à 35%, prudence accrue des banques sur les estimations de biens ou encore allongement des délais d’obtention des prêts… la crise a fragilisé un grand nombre d’acquéreurs. Pour faire face à ce contexte tendu, les acheteurs ont remis certaines habitudes et pratiques en question pour se tourner vers de nouvelles solutions de financement. homeloop a ainsi constaté une hausse significative des demandes de vente destinées à financer l’acquisition d’un nouveau bien, ce qui démontre que le service proposé par la start-up s’impose de plus en plus comme une alternative aux prêts relais.

Les données sont éloquentes. Entre le 1er janvier 2020 et le 31 mars 2021, en moyenne 44% des vendeurs étaient dans une démarche d’achat-revente. Si l’on tient compte uniquement des 6 derniers mois, ce chiffre progresse même de 5 pts, pour atteindre les 49%, soit près d’un vendeur sur deux, et ne faiblit pas si on considère le seul premier trimestre 2021.

La crise sanitaire et les mesures liées ont eu leur incidence : entre le 1er janvier 2020 et le 16 mars 2020, date du premier confinement, ils n’étaient alors encore que 31% à vouloir vendre pour financer l’achat d’un nouveau bien immobilier, une proportion qui augmente fortement par la suite et reste stable.

Une motivation accentuée depuis le 1er confinement à Paris, Lyon, Lille et Nantes …

En prenant le détail par zones de couverture du service homeloop, on constate que cette hausse concerne l’ensemble des quatre grandes villes où la start-up est implantée. Elle est particulièrement marquée à Paris et Nantes où cette tendance représente 35% des motivations au deuxième trimestre 2020 (soit une hausse respective de 4 pts et 6 pts par rapport au T1), et plus encore à Lyon avec 28% (+16 pts) et à Lille avec 37% (+17 pts) des demandes de vente ayant vocation à financer l’acquisition d’un nouveau bien.

A l’issue du premier confinement, la tendance accélère et un premier pic est même atteint dès août 2020. À Paris, 55% des ventes avaient pour motivation l’achat d’un nouveau bien, à Lille 54%, à Nantes 57%, et à Lyon 50%, soit une demande sur deux. Les chiffres ne bougent plus véritablement dans les mois suivants et demeurent stables autour des 50%. Ainsi, entre janvier et avril 2021, 49% des vendeurs à Paris avaient un projet d’achat-revente, 50% à Lille, 42% à Nantes et 48% à Lyon.

Il y a donc bien eu un effet Covid, ou tout du moins un effet des confinements successifs sur l’intérêt des particuliers à se tourner vers les services d’homeloop qui permettent d’accélérer la transaction immobilière et surtout d’éviter de recourir à un prêt relais.

Une vente sûre et rapide pour contourner le recours au prêt relais

Depuis plus d’un an, le climat de crise sanitaire est particulièrement anxiogène pour les acquéreurs car les solutions traditionnelles de financement ne leur offrent aucune assurance. Les banques sont actuellement frileuses et accordent moins facilement de crédits immobiliers. Selon les courtiers, face aux incertitudes quant au risque accru de défaut de paiement à venir, elles se montrent désormais particulièrement sélectives et appliquent des critères de crédit très stricts. Elles sont également de moins en moins rapides à accorder de nouveaux prêts immobiliers. D’après les dernières données, il peut ainsi s’écouler 2 mois entre la demande de prêt et le déblocage des fonds.

De plus, dans le cas d’un prêt relais, elles ne fixent un montant que sur une partie de la valeur estimée de la maison ou de l’appartement avec une tendance à la baisse. Sans compter qu’elles sont beaucoup plus prudentes que dans le passé sur les estimations faites par les professionnels.

L’acquéreur vendeur n’a aucune certitude non plus sur les délais de vente de son bien immobilier, même sur les marchés dits tendus (Île-de-France, Lyon, Lille ou Nantes). Rien ne lui dit en effet que l’acheteur qui lui fera une offre ne se rétractera pas et aura bien son financement d’ici 2 à 3 mois. Dans ce contexte, souscrire un prêt relais peut être hasardeux et périlleux.

Un concept qui séduit et explique la forte adhésion au service depuis le premier confinement

C’est pourquoi depuis le début de la crise, de plus en plus de particuliers se tournent vers Homeloop. En faisant ce choix, ils ont la garantie que leurs projets d’achat-vente ne seront pas mis à mal, la vente étant certaine, sans possibilité de rétractation, dans un délai jusqu’à l’acte authentique qui se compte en semaines.

Aurélien Gouttefarde, fondateur et président d’homeloop, se félicite de l’aide que la start-up peut apporter aux propriétaires engagés dans une démarche de revente pour l’acquisition d’un nouveau bien : « Notre service permet à un vendeur qui souhaite financer une nouvelle acquisition d’obtenir rapidement des certitudes sur le prix et le délai dans lequel sa vente sera réalisée. Cette promesse, qui rencontrait déjà un écho très favorable avant le confinement, est depuis bien plus marquée auprès des particuliers qui préfèrent désormais jouer la prudence et ne pas s’engager dans des opérations immobilières très incertaines et donc risquées. homeloop leur apporte une solution alternative aux prêts relais, en leur fournissant facilement et promptement l’apport dont ils ont besoin pour négocier l’acquisition de leur nouveau logement. »

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !