Et si la frénésie immobilière liée au Covid était finie ?

Terrasse
© adobestock

La fête est finie? Une étude exclusive, réalisée par PAP, du 1er au 30 septembre 2021, laisse présager un retour à la raison sur le marché immobilier.

La crise sanitaire et les confinements successifs ont été un véritable révélateur immobilier pour de nombreux Français. Le fait de passer beaucoup plus de temps dans son logement a modifié le regard que l’on y portait. Ce qui a alimenté une forte envie de changement, du plus léger au plus radical : décoration, renouvellement de mobilier, travaux de réaménagement, voire d’extension de maisons… Et bien entendu de déménagement ! En septembre 2020, le nombre de recherches à l’achat progressait de 48,1 % par rapport à 2019, et quelques mois plus tard, les notaires annonçaient un record historique de volume de transactions.

Retour à la raison : les arbres ne montent pas jusqu’au ciel

Cette phase de records semble désormais terminée. En septembre 2021, le volume de recherche baisse de 36,9  % par rapport à 2020, et se retrouve ainsi 6,5 % en dessous de son niveau de 2019. C’est donc un vrai rééquilibrage par rapport à la frénésie qui avait démarré en mai 2020 à la suite du premier confinement.

En matière de critères de recherche, il y a bien un avant et un après Covid

La crise sanitaire a également été à l’origine d’une véritable rupture dans les critères de recherches de logements illustrée par une appétence renforcée pour, d’une part, les petites villes et les zones rurales et, d’autre part, les maisons individuelles.

En septembre 2021, l’effet de la crise sanitaire est toujours visible. Ainsi, les petites villes et les zones rurales tirent encore leur épingle du jeu comme on peut le voir ci-dessous : + 21,9 % par rapport à 2019. C’est d’ailleurs la seule typologie de villes qui est en progression sur deux ans. Les grandes métropoles en général et Paris en particulier, enregistrent une baisse significative des recherches par rapport à 2019.

Il en va de même pour les maisons qui ont fait l’objet d’un plébiscite jamais démenti depuis. Et cela reste le cas en ce mois de septembre 2021, même si on observe un léger rééquilibrage par rapport à 2020. Les maisons représentent 63 % des recherches en septembre 2021, contre 59 % en septembre 2019.

L’évolution des critères de recherche est intimement liée à la situation du télétravail. Or, on constate que le télétravail a survécu à la crise sanitaire puisqu’il est désormais largement institutionnalisé dans de nombreuses entreprises. Mais dans la grande majorité des cas, à raison d’un ou deux jours par semaine, loin du 100 % en distanciel des derniers mois. Ce qui contraint certains acheteurs à revoir leurs projets et à partir moins loin qu’initialement envisagé.

Les vendeurs doivent s’adapter à cette nouvelle donne

Le recul du nombre d’acheteurs sur le marché contraint les vendeurs à revoir leurs stratégies de vente. Ces derniers doivent faire preuve de pragmatisme et de vigilance :

Bien étudier son prix de vente

Le recul du nombre d’acheteurs dans les zones traditionnellement tendues va mécaniquement limiter le nombre de contacts, a fortiori, pour les vendeurs ayant des référentiels de prix de marché trop élevés. Il est donc important de rapidement corriger le tir en cas de surévaluation du bien, sous peine de le voir rester sur le marché. De plus, il faut être ouvert à la négociation, surtout si on est pressé de vendre !

Dans le cadre de son offre de coaching destinée aux vendeurs, lancée en 2019, PAP propose une estimation du bien réalisée par un expert et donnant lieu à un avis de valeur écrit avec une garantie d’indépendance puisque PAP n’est pas intéressé par le montant de la transaction.

Verbatim vendeur (annonce D80/0618) : « Grâce au service de coaching PAP, nous avons vendu notre appartement assez rapidement et au bon prix. Pour une somme de 690 € (payable en 5 échéances) nous avons bénéficié du filtrage des appels (agences refoulées d’office), d’un retour hebdomadaire de PAP,  d’un technicien photos,  de documents utiles pour les visites et la vente.  Il y a également un service juridique à disposition. Notre coach (Mme Sanga) était très disponible. Le service est plus efficace qu’une agence (expérience faite !) et surtout sans commission exorbitante ». 

Soigner la présentation de son offre

L’immense majorité des recherches s’effectue désormais sur Internet, et la première chose que les acheteurs voient, ce sont les photos. Pour faire bonne impression, il faut donc des photos de qualité, et notamment éviter les deux grandes erreurs des photos immobilières : les contre-jour (qui donnent le sentiment que le logement est sombre) et les mauvais cadrages (qui diminuent la surface des pièces).

Pour un rendu optimal, les vendeurs peuvent aussi miser sur la visite virtuelle, qui est une solution doublement gagnante puisqu’elle permet de valoriser son annonce tout en limitant les visites physiques aux seuls acheteurs réellement intéressés.

 

Voir les commentaires
Je soutiens MySweet'Immo