Le coin du conseiller immobilier : Le fléau de la procrastination

Les conséquences et impacts de la procrastination expliqués par Dominique Piredda

Personne n’y échappe

Débutants comme expérimentés, nous souffrons tous à un moment ou un autre de ce mal commun, facile à diagnostiquer. Les premiers symptômes se reconnaissent aisément, avec en premier lieu, une forte éruption, non pas cutanée, mais plutôt verbale. Le plus souvent, la personne atteinte de procrastination soliloque pour se prouver à elle-même « qu’elle n’a pas le temps, qu’elle est débordée, qu’elle manque d’organisation, ou encore qu’elle ne peut pas tout faire…». Mille excuses répétées à qui veut les entendre, mais surtout à elle-même.

Si vous aussi, vous êtes sans cesse dans l’urgence, un simple coup d’œil sur votre agenda vous permettra de savoir si vous êtes véritablement débordé, ou bien si vous souffrez de procrastination. Pour cela, identifiez les tâches que vous reportez régulièrement, toutes celles inscrites sur votre agenda, mais également sur votre ToDo liste. 

 Si la majorité d’entre elles sont celles que généralement vous n’aimez pas faire, celles pour lesquelles il vous faut des heures avant de vous y mettre, celles que vous commencez par des séances de longs soupirs, alors il y a de forte chance que vous souffriez de cette maladie. 

La bonne nouvelle c’est qu’elle n’est pas incurable, la mauvaise, c’est que si vous ne la traitez pas rapidement, elle finira pas vous persuader que vous avez raison, que toutes ces tâches sont plus difficiles qu’en réalité, que vous ne pouvez rien y faire, et qu’il vaut mieux baisser les bras plutôt que persévérer. 

Dans ces conditions, lorsque acculé vous vous déciderez peut-être à en exécuter certaines, imaginez dans quel état d’esprit vous le ferez : sans conviction, la peur au ventre, de mauvaise humeur ou à reculons. Une attitude et des émotions qui ne faciliteront ni votre travail, ni l’image que vous donnerez de vous-même.    

Un fléau que l’on retrouve aussi dans le monde professionnel

En prospection, remettre sans cesse la prospection terrain, le porte à porte ou encore la prospection téléphonique c’est prendre le risque, de finir par le faire à contre cœur, d’avoir la mauvaise attitude, de faire fuir vos prospects et donc d’obtenir un très mauvais résultat.

Ce mauvais résultat viendra à son tour conforter vos croyances du genre : la prospection c’est difficile, ça ne fonctionne pas, je n’y arrive pas, c’est bien ce que je disais c’est impossible etc… Il ne vous en faudra pas plus, la prochaine fois, pour plonger davantage dans la procrastination et remettre votre prospection aux calendes grecques.     

Même si vous persuadez votre entourage que vous êtes débordé, la seule personne que vous n’arriverez pas à convaincre sera vous-même. Naîtra alors un sentiment de culpabilité, celui qui parfois pourra vous empêcher de bien dormir et vous fera débuter vos journées par de grands soupirs. 

A ce stade de la maladie, il devient urgent de réagir car c’est l’estime de soi qui sera atteinte. L’estime de soi, c’est ce qui permet la confiance en soi et sans cette confiance, perceptible par ceux qui nous entourent, votre vie professionnelle mais aussi personnelle pourrait bien devenir très difficile.

Soyez fier de vous

Si vous pensez être atteint de cette maladie, avant de perdre tout confiance en vous, agissez ! Recensez l’ensemble des tâches pour lesquelles vous procrastinez et exécutez-les avant toutes les autres. Les sentiments du travail accompli, de satisfaction, de bien-être et de fierté qui s’en suivront, boosteront votre confiance en vous-même pour vous projeter bien au-delà de ce qu’aujourd’hui vous pouvez imaginer.  

Dominique Piredda, est coach, formateur, fondateur de Mandataire-immo.fr
Voir les commentaires
Je soutiens MySweet'Immo