Bertrand Sliosberg (Atelier Parisien de Surélévation) : « Faire gagner de l’argent aux copropriétaires en achetant de l’air »

Mon Podcast Immo reçoit Bertrand Sliosberg, dirigeant de l’Atelier Parisien de Surélévation

Temps de lecture estimé : 4 min

Bertrand Sliosberg, dirigeant de l’Atelier Parisien de Surélévation une entreprise spécialisée dans la surélévation d’immeubles, est l’invité d’Ariane Artinian. Ils sont en live du salon de la copropriété pour un nouvel épisode de Mon podcast immo.

Mon Podcast Immo : C’est quoi un promoteur aérien ? 

Bertrand Sliosberg : Un promoteur aérien est une nouvelle typologie de promoteur qui achète des droits à construire, qui achète des terrains, sauf que ce dernier est généralement situé au-dessus des immeubles. 

Mon Podcast Immo  : C’est-à-dire ce sont des terrasses, des toits-terrasses ? 

Bertrand Sliosberg : Ça peut être des combles, une surface, de l’air au-dessus des immeubles. L’air que j’achète vaut de l’or puisque je construis des m2 supplémentaires en haut des immeubles et je paye les copropriétaires en fonction du nombre de mètres carrés que je vais construire. L’Atelier Parisien de Surélévation apporte de la valeur aux copropriétaires et je donne de l’argent à la copropriété sans qu’ils n’aient à avancer le moindre euro. 

Mon Podcast Immo : Est-ce que tous les immeubles ont cette capacité d’avoir de l’air vendable sur les toits ? 

Bertrand Sliosberg : Il existe des potentiels d’optimisation dans beaucoup d’immeubles. Il y a des immeubles qui peuvent être surélevés lorsqu’ils sont en position de « dent creuse », c’est-à-dire qu’un immeuble est plus bas que ceux qui l’entourent, en fond de parcelle, sur un parking. C’est une optimisation, une densification des mètres carré sur les parcelles existantes d’une copropriété. 

Notre métier est d’évaluer le potentiel d’optimisation, d’apporter les solutions et d’apporter de l’argent. Nous payons les copropriétaires pour nous vendre des terrains et ils utilisent l’argent pour rénover leur immeuble. 

Mon Podcast Immo : Comment on évalue le mètre carré ou cube d’air ? Combien vous rapportez à la copropriété ? 

Bertrand Sliosberg : Tout dépend du nombre de m2 à acheter, du prix de revente, du nombre d’étages, des complexités de constructions… Parfois, il faut consolider les fondations pour pouvoir surélever, cela a un coût et influe sur le prix qui est évolutif en fonction de chaque immeuble, chaque situation. 

Notre métier est de partager la valeur d’un projet immobilier avec les copropriétaires. Plus le m2 est vendu cher, plus on fait de m2, plus on paye cher à la copropriété. 

Mon Podcast Immo : Quels pourcentage du prix de vente final va aux copropriétaires ? 

Bertrand Sliosberg : On ne raisonne pas comme cela. Imaginons que cela soit entre 10 et 20% du prix final de droits à la construction que l’on paye à la copropriété. Le bénéfice après déduction de nos charges et partagé avec la copropriété. 

Mon Podcast Immo : Ça a aussi un impact sur les tantièmes de copropriété des uns et des autres ? 

Bertrand Sliosberg : Oui, c’est-à-dire que c’est un cercle vertueux et complet parce que les copropriétaires vendent quelque chose qu’ils ne pensaient pas pouvoir vendre, ce qui est assez unique. Autre point du cercle vertueux, nous travaillons en milieu habité, tout le monde reste chez soi. Troisièmement, on installe un ascenseur, il y a des nouveaux lots donc des nouveaux tantièmes. Les charges générales sont ainsi diminuées. 

Mon Podcast Immo : Vous intervenez uniquement sur paris ? 

Bertrand Sliosberg : Nous intervenons sur Paris en première et deuxième couronne et aussi dans les villes où le prix du foncier est élevé. En effet, pour pouvoir vendre il faut que les copropriétaires voient un gain. 

Mon Podcast Immo est un podcast quotidien et indépendant, produit par MySweetImmo.com. Pour le soutenir, abonnez-vous et laissez des étoiles ou des commentaires sur votre plate-forme de podcast préférée.
Voir les commentaires
Je soutiens MySweet'Immo