Immobilier Lyon : Difficile d’acheter un appartement en-dessous de 5000 €/m²

Comment se comportent les prix de l’immobilier à Lyon ? Le point avec une étude d’Hosman qui a comparé le prix de vente des biens publiés sur les portails réservés aux professionnels de l’immobilier à ceux des Notaires.

© adobestock

 0
Temps de lecture estimé : 3 min

Chaque mois, la néo-agence immobilière Hosman analyse le prix de vente des biens publiés sur les portails réservés aux professionnels de l’immobilier et les compare à ceux publiés par les Notaires.

Les prix des biens actuellement en vente représentent l’information la plus récente disponible sur les prix pratiqués sur le marché. A contrario, les prix communiqués par les notaires donnent la valeur exacte du prix de vente mais sur des transactions effectuées sur les trois derniers mois. L’analyse porte sur 3 602 annonces présentes du premier au 31 mars sur les principaux sites d’annonces immobilières réservés aux professionnels. Les données sont comparées à octobre 2021.

“ Le ralentissement de constructions de biens neufs provoque une pénurie de logements dont la conséquence est cette hausse des prix constatée, explique Boris Lebouc, responsable Hosman à Lyon. En cette période de haute saison de l’immobilier, nous constatons que les acheteurs tendent à se tourner vers la périphérie lyonnaise où les projets de construction sont encore nombreux.” . 

Une hausse constante des prix

Si 70% des arrondissements lyonnais dépassent maintenant les 5 000 € le m² pour un appartement, seuls 4 arrondissements se maintiennent sous cette barre symbolique. Il faut compter 1 000 € de plus pour une maison. Avec des prix encore bas et attractifs, Villeurbanne reste abordable.

Les 1er, 2ème et 6ème arrondissements sont les plus chers : il faut débourser plus de 6 000 €/m² en moyenne pour un appartement. Cette tendance haussière semble partie pour durer sur les prochains mois. En effet, l’ITI (Indice de Tension Immobilière) est en hausse : 12% ce mois-ci, contre 7% en février 2022. Compte tenu de la saisonnalité et de la pénurie de biens, tout porte à penser que le marché continuera de grimper à Lyon. Le risque est un exode vers la périphérie comme à Bron ou Oullins par exemple qui pourraient connaître à leur tour une augmentation des prix. 

La mutation du 9ème arrondissement

L’ancienne banlieue industrielle connaît aujourd’hui une véritable mutation. Grâce à plusieurs projets de réhabilitation et d’aménagement ayant toujours cours comme la transformation de la Duchère en éco-quartier pour une offre de logement plus diversifiée, l’installation de la médiathèque et l’aménagement d’espaces publics permettent d’accroître l’attractivité de l’arrondissement. Le 9ème reste encore abordable avec un prix moyen au m² négocié à 4 652 € pour un appartement et 6 028 € pour une maison. 

Villeurbanne toujours plus attractive

S’inscrivant dans le projet du Grand Lyon, Villeurbanne fait partie de ces villes de plus de 100 000 habitants où le prix du m² a explosé en 2021, d’après une étude de LPI-SeLoger. Cette tendance tend à se confirmer puisque le prix moyen du m² s’affiche à 4 206 € pour un appartement et 5 062 € pour une maison. La cité rhonnière de plus de 150 000 habitants n’offre pas qu’une forêt de gratte-ciels mais des espaces de vie verdoyants attirant les familles lyonnaises en quête d’espace.

Limites de la méthode

Les prix de vente mentionnés dans les annonces immobilières sont les prix de vente envisagés. En aucun cas ils ne représentent le prix de vente final qui intervient après négociation et sur lesquels sont calculés les prix moyens de l’immobilier présentés par les Notaires de France (avec les limites sur l’obtention de données récentes évoqués précédemment).

Le ralentissement de constructions de biens neufs provoque une pénurie de logements dont la conséquence est cette hausse des prix constatée. En cette période de haute saison de l’immobilier, nous constatons que les acheteurs tendent à se tourner vers la périphérie lyonnaise où les projets de construction sont encore nombreux.”
Boris Lebouc, responsable Hosman à Lyon