Immobilier Festival de Cannes : Villas et yachts de luxe se louent comme avant le covid

Plus une villa de luxe à louer et des yachts qui se bousculent: le retour du Festival de Cannes à ses dates traditionnelles (du 17 au 28 mai 2022) et le désir d’oublier les restrictions du Covid génèrent engouement, voire euphorie, selon les professionnels de l’immobilier.

Festival de Cannes

© AFP/Pierre Albouy. La Palme d'Or 2022 photographiée à la maison de joaillerie Chopard à Genève avant le 75ème Festival de Cannes.

 0
Temps de lecture estimé : 3 min

Des villas qui se louent jusqu’à 400 000 euros pour 2 semaines pendant le Festival

« Pendant deux ans, personne n’a voyagé, les gens ont maintenant envie de contact humain« , analyse Romain Benichou, spécialiste de la location de villas de luxe au sein de l’agence immobilière Century 21 Adhère Transactions à Cannes, qui constate « une vraie euphorie, un vrai engouement« .

Résultat : comme pour le Mipim (Marché de l’Immobilier) en mars ou le Lions (festival de la publicité) prévu en juin, « il y a une forte demande pour la location de villas haut de gamme » durant le prochain Festival international du film, souligne-t-il.

Pour une facture qui peut grimper jusqu’à 400.000 euros pour deux semaines, de grandes marques louent ainsi pendant toute la durée de cette 75e édition du Festival de Cannes (17 au 28 mai) des villas de standing, où elles « logent leur +top management+ et organisent des événements« , explique Stéphane Grosso, directeur général de Terre d’Evénements, une agence d’événementiel basée à Nice.

Exit la sinistrose

Après l’annulation de l’édition 2020 en raison de la crise sanitaire, le rendez-vous mondial du cinéma avait eu lieu l’an passé en plein mois de juillet.

Avec cette année un festival de retour à ses dates traditionnelles, c’est toute une ville qui espère en retirer une manne au moins aussi importante qu’en 2019, avec des retombées économiques chiffrées alors à 196 millions d’euros.

Les 125.000 festivaliers et 12.000 professionnels avaient généré 90.000 nuitées et 2.200 emplois pendant la durée de l’événement, selon la mairie.

« Je reviens de Cannes pour faire un repérage pour un influenceur très important« , confie Stéphane Grosso, sans pouvoir révéler le nom de son client: « On n’est pas sur des énormes budgets, pas nécessairement sur des budgets d’il y a cinq ou six ans, mais il y a une reprise et ça a bien changé car, l’an dernier, c’était la sinistrose« , ajoute-t-il.

Absence des russes mais retour des producteurs américains

L’absence des Russes « aura des conséquences« , juge encore Stéphane Grosso, « car il y a toujours un ou deux Russes qui auraient organisé une grosse soirée sur la plage, mais le retour des Américains va compenser« , selon lui.

L’embellie cannoise est confirmée par Frédéric Henry, responsable presse de la marque de glaces Magnum, partenaire du festival depuis 2012, qui s’installe boulevard de la Croisette et organisera sa grande soirée le 19 mai, où se bousculeront ses égéries, dont la chanteuse australienne Kylie Minogue, sur une plage privée.

« Tous les gros producteurs sont présents cette année à Cannes et le grand indicateur, c’est la présence des Américains avec non seulement Tom Cruise, qui présentera +Top Gun+, mais aussi Disney ou Netflix« , se félicite-t-il.

Des yachts sont pleins à craquer

Autre indice de la reprise : les deux ports de Cannes où mouillent les yachts « sont pleins à craquer à cause du festival« , relève Fabrice Viard, gérant et fondateur de la société d’avitaillement Liberty Yachts.

« On va retrouver une affluence quasi normale par rapport à la période d’avant-Covid« , indique-t-on à la marina du Vieux port, qui peut loger 90 yachts de 40 à 80 m de long.

« On sent que la saison 2022 sera bonne« , affirme Fabrice Viard, notamment grâce à « la clientèle américaine, qui préfère louer pendant le festival de grands bateaux privatisés, c’est plus discret qu’un grand hôtel!« 

Mais les hôtels eux-mêmes affichent complet dans un rayon de 30 kilomètres autour de Cannes. « Une ancienne miss France invitée m’a confié qu’elle allait devoir loger à Saint-Tropez (NDLR: à 85 kms) car, à Cannes et autour, il ne reste plus une chambre d’hôtel ni un Airbnb« , confie encore Frédéric Henry.