Copropriété : Quand allumer le chauffage? Quand le froid alimente les débats

Nécessité de se chauffer ou « dépense inutile »? Avec des prix de l’énergie qui explosent, la mise en route du chauffage collectif peut devenir un sujet de discorde dans les copropriétés, où tous les occupants n’ont pas les mêmes besoins.

© adobestock

 0
Temps de lecture estimé : 4 min

Avec des prix de l’énergie qui flambent, la mise en route du chauffage collectif est sur toutes les lévres, parfois bleues, dans les copropriétés. C’était d’ailleurs le cas à Nice la semaine passée lorsqu’une centaine de copropriétaires niçois d’un quartier plutôt aisé ont décidé de couper leur chauffage central, certains n’ayant « tout simplement pas les moyens de payer ».

A la mi-octobre, Lucie (prénom modifié à sa demande), 52 ans, a déjà sorti chauffage d’appoint, vêtements chauds et chaussons rembourrés, et entrouvre le four après le repas pour chauffer son deux pièces acquis il y a deux ans à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

« Cela ne dépasse pas les 18°C », déplore cette cadre dans la publicité, en consultant depuis son téléphone les mesures de son thermostat connecté. Et ce malgré la présence de double vitrage et un diagnostic de performance énergique (DPE) classé C sur une échelle allant de A à G.

« L’un des murs porteurs du salon donne sur le local poubelle et sur une coursive non isolée« , explique la résidente. Dans la même pièce, les fenêtres sont orientées plein nord.

Dès le 30 septembre, elle a envoyé un email à son syndic pour demander la mise en route du chauffage collectif dans l’immeuble, équipé de six chaudières à gaz de 100 kW chacune.

En 2021, le chauffage s’était allumé une semaine après la première requête. Pas cette année. « Quand on me parle d’un lancement en novembre, cela me fait tout de suite moins marrer », avance-t-elle.

La résidence bénéficie d’un contrat de fourniture à prix fixe, signé avec Engie. Sur l’année 2021-2022, le poste de dépense « chauffage » s’est élevé à 49.200 euros, contre 50.600 euros l’année précédente.

« La différence s’explique simplement par une période de chauffe moins longue l’année dernière« , interprète le syndic.

« Payer pour les autres »

Trois étages plus haut, le thermomètre grimpe à 24°C dans la cuisine de Claude (prénom modifié), 75 ans, propriétaire d’un appartement de 80 mètres carrés.

Il n’a pas encore tourné le thermostat mais il explique avoir entamé des travaux de rénovation il y a treize ans, pour environ 13.500 euros.

« J’ai aussi procédé à une isolation totale des ouvertures« , raconte ce technicien dans l’automobile à la retraite, en désignant l’une de ses portes-fenêtres, orientée au sud.

Membre du conseil syndical de la copropriété, il s’oppose à l’allumage du chauffage collectif et conseille à ses voisins qui ont froid « d’installer un radiateur électrique. »

« Parce que j’ai une grande surface, en raison de la répartition des frais, je vais payer pour les autres« , justifie-t-il.

Purger les chaudières

Mais le syndic bénévole de la résidence qui compte 126 appartements, Dominique Sevray, préfère attendre. « Je souhaite qu’une majorité soit d’accord », dit-il.

C’est lui qui endosse la responsabilité de décider de la date d’allumage du chauffage, question ô combien sensible en cette année de flambée des prix de l’énergie. Et ce, faute d’un règlement clair.

« Les gens ne savent pas vraiment qui décide de l’allumage des radiateurs car moins de 10% des copropriétés en France ont un règlement qui fixe des dates de chauffe« , explique Emile Hagège, directeur général de l’Association des responsables de copropriétés (ARC).

Dans ce cas de figure, il appartient généralement au syndic, autrement dit au mandataire, d’avoir le dernier mot. « Mais le bon usage veut que cela se fasse en concertation avec le conseil syndical, qui a une mission de contrôle et d’assistance, et qui est formé de gens qui habitent dans l’immeuble », ajoute-t-il.

Résultat: avec les recommandations de sobriété pour pallier les coûts faramineux de l’énergie, les syndics et les conseils se retrouvent tiraillés entre les occupants frileux et les plus sobres.

Dans ce « panier de crabes », il faut trancher vers le plus cohérent. « On a tout intérêt à limiter la consommation de gaz et à repousser aux maximum l’ouverture des vannes, et profiter de ce laps de temps pour désembuer les réseaux, procéder à la purge des chaudières et des radiateurs, tout en régulant les débits », selon Emile Hagège.

« Ainsi, chaque appartement pourrait être chauffé à 19°C et économiserait entre 15 à 20% de sa consommation d’énergie, ce qui aurait un impact très positif sur la facture« , résume le directeur général de l’ARC.